Verbes d’incise non déclaratifs

La presse emploie de plus en plus des incises de cita­tion telles que sou­pire-t-il ou s’étonne-t-elle, un phé­no­mène qu’un lin­guiste (Ralu­ca Nita, 2010) appelle « le verbe intro­duc­teur non décla­ra­tif », dont « l’usage […] demeure encore hors norme » [dix ans ont pas­sé depuis], et qu’il étu­die en par­ti­cu­lier dans les chro­niques judi­ciaires de Libé­ra­tion.

La ques­tion qui inté­resse le cor­rec­teur est la sui­vante : « Faut-il fixer une règle ? » Elle est for­mu­lée par Jacques Des­ro­siers (éva­lua­teur lin­guis­tique pour le gou­ver­ne­ment cana­dien), dans un court article de 2001

L’auteur for­mule « deux prin­cipes de base » qui peuvent nous aider à veiller à leur usage : « relief de la cita­tion et dis­cré­tion de l’incise », c’est-à-dire mar­quer la sépa­ra­tion entre dis­cours de l’auteur et dis­cours rap­por­té, tout en évi­tant de mettre l’accent sur l’incise elle-même

Citant un exemple du type insiste le secré­taire géné­ral, Des­ro­siers rap­pelle que « le verbe insis­ter est en fait un rac­cour­ci pour insis­ter sur le fait que. De même pro­tes­ter, c’est dire en mani­fes­tant son oppo­si­tion, s’étonner, dire en expri­mant de l’étonnement. Tous ces rac­cour­cis sont des usages consa­crés depuis long­temps par les dic­tion­naires et les grands ouvrages de langue. »

Mais, pour­suit-il : « Tout va bien [tant que] l’on reste dans l’univers du verbe dire. […] C’est d’ailleurs ici que Gre­visse […] trace la limite. » Je cite Gre­visse [§ 416] :

« Tan­tôt cette super­po­si­tion de l’idée de “dire” est impos­sible et on peut être heur­té par l’illogisme de telles incises, comme : ° C’est affreux, pâlit-il, s’enfuit-il, tom­ba-t-il, etc. Il faut recon­naître pour­tant que beau­coup d’auteurs, et cer­tains non médiocres, se servent sans gêne d’incises de cette espèce : Mon­sieur, m’aborda-t-il céré­mo­nieu­se­ment… (Bor­deaux, Pays sans ombre). — Ah !… s’apaisa-t-elle tout à coup (Châ­teau­briand, M. des Lour­dines). — Du secours ! sur­sau­ta la visi­teuse (Billy, Prin­cesse folle). — « Nie­ra-t-on qu’il soit chas­seur ? » se fût alors retour­né notre homme, dis­cer­nant dans un coin un fusil et une gibe­cière (Mon­therl., Céli­ba­taires). — On se moque de nous, tremblent-ils (Bre­mond, Poé­sie pure). — Par­don ! s’étrangla le bon­homme (Dor­ge­lès, Tout est à vendre). — Je vou­drais bien la per­mis­sion de minuit, sou­rit-il ( La Varende, Roi d’Écosse). — La mai­son, c’est évi­dem­ment consi­dé­rable, s’agitait le méde­cin (Mal­let-Joris, Men­songes).»

L’exemple de Mon­ther­lant est par­ti­cu­liè­re­ment surprenant ! 

Au vu de ces exemples, il est logique que Nita écrive que le dis­cours jour­na­lis­tique, « en se foca­li­sant sur la mise en scène, […] emprunte des traits lit­té­raires ». C’est, dit-il dans sa conclu­sion, « un moyen de […] res­ti­tuer l’authenticité de la parole qu’il repré­sente. Le DD [dis­cours direct] n’est plus une simple cita­tion, mais une parole prise sur le vif dans un fais­ceau d’éléments para­ver­baux (gestes, mou­ve­ments, réac­tions émotionnelles). […]»

Pour Des­ro­siers, « ces tours sont cho­quants pour des rai­sons sty­lis­tiques : leur sens est si lourd, et leur emploi si éloi­gné de l’usage cou­rant, que c’est l’incise elle-même qui est mise en valeur. Elle est étran­ge­ment sur­char­gée d’expressivité. […]

« Il serait uto­pique, ajoute-t-il, de ten­ter de dres­ser la liste des verbes admis­sibles. Tout sug­gère que non seule­ment c’est une ques­tion de juge­ment, mais qu’il est pré­fé­rable de dis­po­ser d’une cer­taine marge de manœuvre, d’autant plus que la rai­son d’être fon­da­men­tale des inver­sions étant d’ordre sty­lis­tique, celui qui en use a jusqu’à un cer­tain point le droit de pous­ser l’expressivité un peu plus loin. […]»

Pour ma part, en lisant un des exemples don­nés par Nita : 

M. Harper a bondi : « Nous recevons notre mandat de la population et non de l’ambassadeur des États-Unis », a-t-il déclaré. (Le Monde)

j’ai pris conscience qu’un verbe intro­duc­teur non décla­ra­tif pas­sait beau­coup mieux devant la cita­tion que der­rière, le com­por­te­ment étant visua­li­sé avant la prise de parole et non après. On pour­rait, sans pro­blème, faire l’é­co­no­mie du a‑t-il décla­ré.

Voir aus­si les billets de blog : 51 verbes pour rem­pla­cer dire et Les verbes pour rem­pla­cer dire.