À “via” je dis : « Vai via ! »

Entré dans la langue fran­çaise par (via ?) la cor­res­pon­dance d’Hu­go, pous­sé par l’in­fluence de l’an­glais, il est par­tout1 :

  • Aus­si moderne qu’économe, Sophie fait toutes ses emplettes via Inter­net.
  • Ce film invite à l’évasion via l’univers musi­cal de Ger­sh­win.
  • Je vous ferai pas­ser le dos­sier, via M. Durand.

S’il reste fami­lier pour le TLFI (clos en 1994) ou le Larousse (l’Académie l’ignore tout à fait), le Robert et la Banque de dépan­nage lin­guis­tique (BDL) l’accueillent sans res­tric­tion (et même en romain, à la dif­fé­rence de l’Imprimerie natio­nale et de Lacroux). La BDL déclare : « Via s’emploie aus­si au figu­ré, et ce, depuis le début du siècle der­nier. La pré­po­si­tion sert alors à intro­duire une chose per­çue comme un lieu ; Inter­net n’est qu’un exemple de cette forme d’analogie. […] « Cer­tains dic­tion­naires apposent la marque “fami­lier” à via au sens de “par l’intermédiaire de”. Or, de l’usage se dégage une per­cep­tion tout à fait contraire, selon laquelle via s’apparenterait davan­tage au lan­gage stan­dard qu’à la langue fami­lière. »

Certes, on le trouve déjà chez Paul Morand : « Ces récits mythiques de petites Lon­do­niennes, ven­dues, vio­lées ou cru­ci­fiées, qui venaient jus­qu’à nous sous le man­teau, du fond du dix-hui­tième siècle, en pas­sant par Jean Lor­rain et par Tou­let, via les Gon­court » (Londres, 1933).

Mais sa dis­sé­mi­na­tion pose deux pro­blèmes :

  1. Par­fois, le lien entre les deux élé­ments qu’il unit n’est pas clair.
  2. Comme tout mot à la mode, il en fait dis­pa­raître pro­vi­soi­re­ment beau­coup d’autres. En l’occurrence, par, sur, à tra­vers, au tra­vers de, par l’intermédiaire de, par l’entremise de, au moyen de, en fai­sant usage de, par le biais de, en uti­li­sant, en employant, etc.

Ce serait dom­mage de les aban­don­ner.