L’humour de Jean-Pierre Lacroux

Je n’a­vais jamais lu l’a­vant-pro­pos du grand œuvre de Jean-Pierre Lacroux, Ortho­ty­po­gra­phie – on saute sou­vent ces intro­duc­tions, on a tort. Il est déli­cieu­se­ment écrit et par­se­mé d’un humour dis­cret mais effi­cace. Extrait :

La plu­part des récri­veurs, des cor­rec­teurs et des typo­graphes ne sont ni plus para­noïaques ni plus obtus que la plu­part des lin­guistes ; ils ne sont pas spé­cia­le­ment puristes, encore moins fixistes ou « nor­mo­lâtres » : ils savent, eux aus­si, que notre langue est vivante, qu’elle bouge encore, l’aïeule désin­volte, et se régé­nère ; qu’elle évo­lue, danse sur ses marges, gra­cieuse ou déso­lante ; qu’il est absurde de vou­loir la pétri­fier en l’état, de lui inter­dire des emprunts judi­cieux, des fan­tai­sies pas­sa­gères ou durables. Une carac­té­ris­tique pour­tant leur est propre : on leur demande de faire comme si de rien n’était, on les paye pour faire res­pec­ter la norme écrite. Faut-il s’étonner s’ils aiment qu’elle soit pério­di­que­ment précisée ?

“Par fil spécial” : être SR au début du XXe siècle

Décou­verte, chez mon libraire de quar­tier, de cette réédi­tion d’un texte de 1924, que je vais m’empresser de lire et dont voi­ci la pré­sen­ta­tion sur le site Place des libraires. 

Par fil spé­cial, comme l’in­dique son sous-titre, est le « car­net d’un secré­taire de rédac­tion ». Série d’a­nec­dotes mor­dantes et de por­traits acerbes, le livre relate avec cynisme le quo­ti­dien d’un jour­nal, La Der­nière Heure (nom­mé L’U­prême dans le livre), où André Baillon a tra­vaillé pen­dant plus de dix ans (1906 à 1920). En vingt-quatre courts cha­pitres qui sont comme autant de chro­niques, les tra­vers du monde jour­na­lis­tique, les pra­tiques dou­teuses des rédac­teurs et les incon­sé­quences du métier sont nar­rés avec force viva­ci­té et iro­nie. Pour Baillon qui a si mal vécu ses années de jour­na­lisme, c’est aus­si un moyen de mettre en évi­dence l’as­su­jet­tis­se­ment absurde des jour­na­listes à la constante et par­fois irréa­li­sable injonc­tion de la nou­velle « fraîche », à l’ur­gence des hor­loges qui tournent, à la néces­si­té du texte facile à lire, à l’o­bli­ga­tion du fait divers, à la super­fi­cia­li­té d’une écri­ture vouée à être éphé­mère. Au-delà des anec­dotes rela­tées, le livre est aus­si un for­mi­dable témoi­gnage du fonc­tion­ne­ment d’un jour­nal au début du 20e siècle, quand les machines (rota­tives, presses à épreuve, etc.) se trou­vaient à côté des bureaux de rédac­tion et que les articles s’é­cri­vaient à la main. En « écri­vain eth­no­graphe », André Baillon par­vient à dres­ser un por­trait remar­quable du jour­na­lisme, peut-être encore.

André Baillon, Par fil spé­cial. Car­net d’un secré­taire de rédac­tion, coll. « Tuta Blu », Héros-Limite, Genève, 2020, 176 p. 

Comment abréger “milliard”

L’a­bré­via­tion Md€ pour mil­liards d’eu­ros ne se trouve dans aucun code typo­gra­phique (le Ramat-Mul­ler donne G€, recom­man­da­tion du Sys­tème inter­na­tio­nal d’unités, comme M€ pour mil­lions d’eu­ros). Elle est cepen­dant d’u­sage cou­rant dans l’Ad­mi­nis­tra­tion et le sec­teur finan­cier. C’est celle que je ren­contre le plus sou­vent dans les tra­vaux qui me sont confiés.

Anti­dote recom­mande plu­tôt l’a­bré­via­tion par retran­che­ment médian mds ou mds – je ferais le même choix. On peut consul­ter l’article où sont détaillées les dif­fé­rentes méthodes d’a­bré­via­tion de mil­lion et mil­liard.

Rap­pel : On ne peut uti­li­ser un sym­bole, pré­fixé ou non, que s’il est pré­cé­dé d’un nombre entiè­re­ment écrit en chiffres.


Illus­tra­tion : Bpi­france