Anopisthographe !

Non, il ne s’a­git pas d’un des jurons du capi­taine Had­dock. Cet étrange adjec­tif, aujourd’­hui inusi­té, signi­fie « écrit, impri­mé d’un seul côté » et carac­té­ri­sait la copie autre­fois confiée au com­po­si­teur – ou « singe ».

Si l’on devait « pré­pa­rer la copie » – ano­pis­tho­graphe, donc –, c’est parce que, aux ori­gines de l’im­pri­me­rie, les manus­crits étaient sou­vent qua­si illi­sibles et qu’une per­sonne de l’a­te­lier devait réécrire le texte lisi­ble­ment1

Deux décou­vertes tirées du livre de David Alliot Chier dans le cas­se­tin aux apos­trophes, qui recense 600 mots, termes et expres­sions de l’ar­got des métiers du livre, dont la plu­part ont hélas dis­pa­ru (éd. Horay, 2004, épui­sé, comme souvent).

PS – En bon « asti­queur de vir­gules », j’ai cor­ri­gé ci-des­sus l’or­tho­graphe du mot en y ajou­tant un h, puis­qu’il est com­po­sé de an-opis­tho-graphe (« qui n’est pas écrit à l’arrière »).

  1. Aujourd’­hui, la pré­pa­ra­tion de la copie consiste moins à réta­blir la lisi­bi­li­té du texte qu’à assu­rer sa lec­ture cri­tique, sa mise aux normes typo­gra­phiques et sa correction.