Ce français qui n’en finit plus de mourir

Toute langue vivante évo­lue constam­ment. Le fran­çais ne fait pas excep­tion. Ses chan­ge­ments pas­sionnent les Fran­çais. Cer­tains se contentent de les obser­ver, d’autres les cri­tiquent.

Depuis que j’ai fait du fran­çais mon métier, j’ai vu défi­ler :

  • Le fran­çais écor­ché, 1987 (P.‑V. Ber­thier et J.‑P. Coli­gnon) ;
  • Ce fran­çais qu’on mal­mène, 1991 (P.‑V. Ber­thier et J.‑P. Coli­gnon) ;
  • Petit manuel du fran­çais mal­trai­té, 2002 (Pierre Bénard) ;
  • Le fran­çais mal-t-à-pro­pos, 2007 (Pierre Merle, qui a publié qua­si­ment un livre sur l’é­tat du fran­çais par an entre 1986 et 2012) ;
  • Défense et illus­tra­tion de la langue fran­çaise aujourd’­hui, 2013 (col­lec­tif) ;
  • De quel amour bles­sée. Réflexions sur la langue fran­çaise, 2014 (Alain Borer) ;
  • Langue fran­çaise : arrê­tez le mas­sacre !, 2014 (Jean Maillet) ;
  • Langue fran­çaise : le mas­sacre conti­nue !, 2016 (Jean Maillet) ;
  • C’est le fran­çais qu’on assas­sine, 2017 (Jean‑Paul Bri­ghel­li) ;
  • Le fran­çais a‑t-il per­du sa langue ?, 2018 (dir. Éric Fot­to­ri­no),

et j’en passe…

Mais ce n’est pas nou­veau. La pre­mière Défense et illus­tra­tion de la langue fran­çaise, écrite par Joa­chim du Bel­lay, date de 1549 !