Deux visions erronées de l’avenir, 1832 et 1866

Typographe composant une ligne au plomb dans un composteur, au-dessus d'une casse
Typo­graphe com­po­sant une ligne au plomb dans un com­pos­teur, au-des­sus d’une casse. Source : musée de l’Im­pri­me­rie et de la Com­mu­ni­ca­tion gra­phique, Lyon.

Le hasard a vou­lu qu’en vingt-quatre heures je tombe suc­ces­si­ve­ment sur deux phrases qui m’ont frap­pé, en ce qu’elles vou­laient croire que le pro­grès ne serait pas néfaste à la pro­fes­sion évo­quée. Voi­ci la pre­mière, à pro­pos du métier de com­po­si­teur typographe :

« […] quant aux édi­tions qui font la gloire de l’imprimerie et l’ornement des biblio­thèques, il serait impos­sible de les tirer à la méca­nique. […]
« il n’est sub­tile com­bi­nai­son de res­sorts et d’engrenage qui puisse ensei­gner aux doigts d’un auto­mate à cher­cher dans la casse le type cor­res­pon­dant au carac­tère écrit, et à le ran­ger dans le com­pos­teur : car il fau­drait que l’automate sût lire. »
— « Bert. », Paris ou Le livre des Cent-et-un1, vol. 5-6, 1832.

L’automate ne sait tou­jours pas lire, M. « Bert. », mais on a bien inven­té les machines à com­po­ser, d’abord au plomb (Mono­type et Lino­type), puis sans plomb (de la pho­to­com­po­si­tion au pré­presse). Aujourd’­hui, le texte — le plus sou­vent écrit, mis en pages et relu sur écran — ne devient matière qu’en toute fin de par­cours. Vous ne pou­viez pas l’imaginer.

Le métier de typo­graphe a dis­pa­ru, à quelques belles excep­tions près. Les sur­vi­vants sont deve­nus des arti­sans d’art plu­tôt que des ouvriers. Voir, notam­ment, l’Ate­lier Mién­née de Lanouée (Mor­bi­han).

Et voi­ci la deuxième phrase, qui s’a­dres­sait à une assem­blée de correcteurs :

Ambroise Firmin-Didot
Ambroise Fir­min-Didot en 1860.

« Féli­ci­tez-vous, Mes­sieurs, de ce que, dans ces trans­for­ma­tions inouïes2, un cor­rec­teur méca­nique ne puisse être jamais inven­té.
« Mais quand tout change ain­si dans l’imprimerie, la cor­rec­tion, cette par­tie intel­lec­tuelle, a gar­dé son impor­tance, tout en se pliant aux exi­gences de cette célé­ri­té tou­jours crois­sante. »
— Dis­cours d’Ambroise Fir­min-Didot à la Socié­té des cor­rec­teurs, 1866.

Fir­min-Didot, non plus, ne pou­vait pas ima­gi­ner le trai­te­ment auto­ma­tique de l’information (ou infor­ma­tique), les logi­ciels de cor­rec­tion, et main­te­nant les machines intel­li­gentes — mais qui ne savent tou­jours pas lire, M. « Bert. ».

Cette « par­tie intel­lec­tuelle » du métier reste aus­si impor­tante qu’elle l’a tou­jours été, mais résis­te­ra-t-elle à la quête infi­nie du profit ? 

Je ne suis pas devin non plus. 

☞ Lire aus­si Deux typo­graphes parlent des codes typo.