Articles

Un correcteur-censeur pour Flaubert ?

Au fil de mes lec­tures, je viens de décou­vrir une anec­dote à pro­pos du pro­cès inten­té à Flau­bert pour Madame Bova­ry, jugés pour « outrage à la morale publique et reli­gieuse et aux bonnes mœurs ».

« Crème de la magis­tra­ture, le pro­cu­reur impé­rial Pinard vou­lait que fussent infli­gés à Flau­bert deux ans de pri­son. S’il réus­si­ra quelques mois plus tard à faire condam­ner le Bau­de­laire des Fleurs du mal, mal défen­du et d’une famille moins émi­nente, il devra ici se conten­ter de pro­non­cer un blâme sévère, sans pou­voir empê­cher l’acquittement en février 1857. Ni le suc­cès public de l’œuvre, mesu­rable à la bonne tren­taine d’articles publiés en deux ans et à l’appui notoire des quatre écri­vains car­di­naux du temps : Sainte-Beuve, Bau­de­laire, Bar­bey d’Aurevilly et George Sand. Il ne pour­ra inter­dire les nom­breux tirages du roman, la réin­té­gra­tion des pages dont La Revue de Paris avait deman­dé la sup­pres­sion lors de la paru­tion ini­tiale en feuille­ton : six livrai­sons au der­nier tri­mestre 1856, pour les­quelles Du Camp avait exi­gé l’élagage de nom­breux pas­sages jugés longs, inutiles et, bien qu’il ne l’avouât pas, mora­le­ment sen­sibles. On alla jusqu’à pro­po­ser les ser­vices d’un cor­rec­teur pro­fes­sion­nel à un Flau­bert aus­si pan­te­lant que résis­tant, frais déduits de ses droits d’auteur. »

Il s’agit là, visi­ble­ment, d’un cor­rec­teur au ser­vice de la cen­sure, et non d’un cor­rec­teur d’épreuves. Je ne connais­sais pas cette his­toire. Peut-être Michel Winock la men­tionne-t-il dans sa bio­gra­phie de Flau­bert ?

Cathe­rine Vigourt, « Madame Bova­ry de Gus­tave Flau­bert (1857) », dans La Fabrique du chef-d’œuvre. Com­ment naissent les clas­siques, Sébas­tien Le Fol (dir.), Per­rin, 2022, p. 300-301.

À propos du moine bibliothécaire du “Nom de la rose”

Pho­to­gramme d’une des scènes situées dans le scrip­to­rium du Nom de la rose.

J’ai revu hier au ciné­ma1 Le Nom de la rose, film de Jean-Jacques Annaud, d’a­près le roman d’Um­ber­to Eco. L’en­quête de Guillaume de Bas­ker­ville (Sean Conne­ry), sur une série de morts sus­pectes, tourne autour du scrip­to­rium, l’a­te­lier de confec­tion des manus­crits. Pour ce monas­tère de légende, abri­tant la plus grande biblio­thèque d’Europe, il fal­lait qu’il soit de vastes dimen­sions. Ces scènes inté­rieures ont été tour­nées à l’abbaye d’E­ber­bach, en Allemagne.

Sur la pho­to, au fond, debout, on aper­çoit frère Mala­chie de Hil­de­sheim (Vol­ker Prech­tel), le moine biblio­thé­caire, éga­le­ment nom­mé arma­rius. C’est géné­ra­le­ment l’ar­ma­rius qui fai­sait office de cor­rec­teur. « […] il répar­tit les tâches, contrôle le tra­vail, cor­rige les fautes pour que la copie soit fidèle. Il veille éga­le­ment à appro­vi­sion­ner en maté­riel l’a­te­lier », pré­cise l’aca­dé­mie d’Or­léans-Tours.

En 1986, année de sor­tie du film, je l’ignorais. Je ne savais pas non plus que j’allais quit­ter mes études de psy­cho­lo­gie pour deve­nir cor­rec­teur2. Évi­dem­ment, j’étais encore plus loin d’imaginer que, bien des années après, je m’intéresserais à l’histoire de mon métier et à l’histoire du livre en général. 

La vie a plus d’imagination que nous, dit-on.

Frère Mala­chie de Hil­de­sheim (Vol­ker Prech­tel), le moine bibliothécaire.

  1. « Le 21 février 2024, une ver­sion res­tau­rée en 4K d’a­près le néga­tif ori­gi­nal sort sur les écrans fran­çais. » — Wiki­pé­dia. ↩︎
  2. Voir Com­ment je suis pas­sé de psy­cho­logue à cor­rec­teur. ↩︎

Proust à Jacques Rivière : des corrections à rendre fou

Jacques Rivière en 1922.

Dans un article de 2016 paru dans la NRF, Michel Cré­pu évoque « la Cor­res­pon­dance échan­gée entre Mar­cel Proust et Jacques Rivière entre 1914 et 1922 (Gal­li­mard), c’est-à-dire au moment même où la Recherche trouve sa forme défi­ni­tive ». Il commente :

« On peut dire, sans exa­gé­rer, que c’est à la sainte patience de Rivière que l’on doit de lire aujourd’hui la Recherche. Suivre le dédale des recom­man­da­tions, des repen­tirs de l’illustre écri­vain, c’est un peu comme s’enfoncer dans la jungle de Bor­néo sans avoir pré­vu de bous­sole. […] Il n’est guère que Joyce pour avoir sur­pas­sé Proust dans l’art de rendre cin­glé le pauvre cor­rec­teur. […]

« Tout cela n’aurait aucun inté­rêt, ou ne concer­ne­rait que les scien­ti­fiques de la géné­tique tex­tuelle si au contraire on ne se trou­vait embar­qué dans un voyage qui est le voyage même de la lit­té­ra­ture. C’est parce que Proust réécrit à Rivière la mil­lième cor­rec­tion d’épreuves (en lui deman­dant de consi­dé­rer qu’il ne s’agit là que d’un « manus­crit » – crise car­diaque) que la Recherche devient ce vais­seau inima­gi­nable et propre à enchan­ter le cœur humain. »

Michel Cré­pu, « L’ir­ré­sis­tible petite san­té du livre », La Nou­velle Revue Fran­çaise (NRF), 17 mars 2016.

Mar­cel Proust et Jacques Rivière, Cor­res­pon­dance (1914-1922). Édi­tion de Phi­lip Kolb. Pré­face de Jean Mou­ton. Nouv. éd. augm. et corr. Coll. Blanche, Gal­li­mard, 1976.

☞ Lire aus­si Bau­de­laire, infa­ti­gable relec­teur des Fleurs du mal.

Comment avoir une bonne culture générale ?

C’est bien connu : le cor­rec­teur doit dou­ter de tout1. Encore faut-il qu’on lui en laisse le temps, ce qui est rare. Il doit donc se repo­ser sur une excel­lente connais­sance de la langue2 et sur une culture géné­rale aus­si vaste que possible.

Tout est bon pour se culti­ver : lire, bien sûr (jour­naux, livres, sites Inter­net…), regar­der des docu­men­taires (à la télé­vi­sion ou au ciné­ma), écou­ter la radio, visi­ter des expo­si­tions, dis­cu­ter avec des gens…

La culture géné­rale, c’est sur­tout avoir la curio­si­té constam­ment en éveil.

Pour gagner du temps, acqué­rir rapi­de­ment de bonnes bases, on peut faire appel à des conden­sés. Le prin­cipe existe depuis la Renais­sance — voir le livre d’Ann Blair, Tant de choses à savoir. Com­ment maî­tri­ser l’in­for­ma­tion à l’é­poque moderne (Seuil, 2020).

J’en pro­pose quelques-uns, qui m’ont été béné­fiques et dont voi­ci les der­nières éditions :

Dans chaque domaine du savoir, on trouve des ouvrages équi­va­lents, par exemple le grand clas­sique His­toire de la musique d’É­mile Vuiller­moz (Le Livre de Poche, 1977) ou Une brève his­toire du ciné­ma (1895-2020), de Mar­tin Bar­nier et Laurent Jul­lier (Plu­riel, 2021).

Sur les ques­tions les plus actuelles, on peut ajou­ter le Dic­tion­naire du temps pré­sent, diri­gé par Yves Charles Zar­ka et Chris­tian Godin (éd. du Cerf, 2022).

L’accès à la culture est plus aisé que jamais

Il n’a jamais été si facile ni si bon mar­ché de se culti­ver. – Je peux en par­ler, j’a­vais déjà 30 ans quand est appa­ru Internet.

Une bonne part des livres et des docu­ments impri­més tom­bés dans le domaine public sont acces­sibles gra­tui­te­ment en ligne, par exemple sur Gal­li­ca, le site de la Biblio­thèque natio­nale de France, une mine inépui­sable (voir aus­si Wiki­source). On peut les télé­char­ger et les gar­der à vie.

Avec le com­pa­ra­teur de prix Chasse aux livres, on trouve faci­le­ment des livres – récents comme plus anciens – d’occasion.

Les ency­clo­pé­dies sont toutes en ligne et acces­sibles soit gra­tui­te­ment, soit pour une somme modique (voir mon article).

Une grande pro­por­tion, la tota­li­té pour cer­tains titres, des articles des jour­naux et des revues sont gra­tuits en ligne. Pour moi, le quo­ti­dien de réfé­rence reste Le Monde. En com­plé­ment, il est inté­res­sant de consul­ter The Conver­sa­tion, regard d’u­ni­ver­si­taires sur l’ac­tua­li­té. Je suis aus­si l’ac­tua­li­té des revues de sciences humaines sur Cairn.info.

Le pod­cas­ting per­met aujourd’­hui d’é­cou­ter les émis­sions de radio quand on le sou­haite. Je recom­mande par­ti­cu­liè­re­ment France Culture, qui traite de tous les domaines du savoir et offre des éclai­rages his­to­riques, phi­lo­so­phiques, socio­lo­giques ou autres sur l’actualité.

Pod­casts à la une du site de France Culture, le jour où j’ai rédi­gé cet article.

On peut écou­ter qua­si­ment toute la musique du monde sur You­Tube, ou pour envi­ron 10 euros par mois (la moi­tié du prix d’un CD) sur les pla­te­formes de strea­ming comme Spo­ti­fy ou Apple Music.

De même, les pla­te­formes de SVOD per­mettent, pour quelques euros par mois, de voir des mil­liers de films, y com­pris des films rares dont, avant Inter­net, nous devions attendre une pro­gram­ma­tion dans un ciné­ma d’art et essai ou une ciné­ma­thèque – si nous habi­tions une grande ville – pour espé­rer les voir. Mes pré­fé­rées sont La Cine­tek et Uni­vers­Ci­né.

Pièces de théâtre et concerts sont dif­fu­sés gra­tui­te­ment par nombre de sites, dont la Cultu­re­box de France Télé­vi­sions. Pour le clas­sique et le jazz, je regarde Mez­zo.

Enfin, si l’on entend sou­vent dire qu’« il n’y a rien à la télé », on trouve des pro­grammes de grande qua­li­té sur des chaînes comme Arte, France 5 ou His­toire TV.

PS — Je sais qu’il existe aus­si des chaînes You­Tube inté­res­santes, mais comme je n’en suis aucune en par­ti­cu­lier, je pré­fère ren­voyer à la sélec­tion pro­po­sée par Sher­pas.

Article mis à jour le 20 jan­vier 2024.


  1. Voir De quoi le cor­rec­teur doit-il dou­ter ? ↩︎
  2. Voir La biblio­thèque du cor­rec­teur. ↩︎

“Opposer son veto”, un pléonasme ?

Dans un récent billet de Bru­no Dewaele, je viens de lire : 

[…] je ver­rais d’un bon œil que, tout au long de l’an­née à venir, on prît la bonne réso­lu­tion de ne plus « oppo­ser » son veto pour se conten­ter de le mettre (en latin, veto signi­fiait déjà « je m’op­pose ») […]1 

Mini-panique à bord, vu que je laisse tou­jours pas­ser cette expression. 

Heu­reu­se­ment, dans un article où elle cor­rige appo­ser un veto, l’Aca­dé­mie m’a rassuré :

« Comme le nom veto désigne un droit recon­nu par cer­taines consti­tu­tions au chef de l’État de s’opposer à la pro­mul­ga­tion d’une loi votée par l’Assemblée légis­la­tive et, par exten­sion et par affai­blis­se­ment, une oppo­si­tion, un refus ou une inter­dic­tion, c’est oppo­ser un veto qu’il faut dire (comme on dit oppo­ser un refus, oppo­ser une fin de non-rece­voir), et non appo­ser un veto. »

Sur la ques­tion, le site Par­ler fran­çais est on ne peut plus clair : 

Un pléo­nasme, vrai­ment ? Lit­tré, que l’on ne peut soup­çon­ner d’a­voir per­du son latin, n’y trouve pour­tant rien à redire […]. Pas plus que Hanse […], le TLFi […], le Petit Robert […] ou le Dic­tion­naire his­to­rique de la langue fran­çaise […]. Giro­det lui-même, qui n’a pas la répu­ta­tion d’être laxiste, trouve cette condam­na­tion exces­sive […]. Il faut dire que le tour, attes­té depuis la Révo­lu­tion, per­dure sous plus d’une plume respectable […].

C’est pas sym­pa de me faire une frayeur un ven­dre­di soir !


  1. Il avait déjà cri­ti­qué cette construc­tion il y a vingt ans. ↩︎

“Puis” en début de phrase peut-il être suivi d’une virgule ?

Puis a un sta­tut par­ti­cu­lier. C’est un adverbe de temps1 (équi­va­lant à ensuite), mais « il s’emploie tou­jours, en fran­çais com­mun, dans le contexte d’une coor­di­na­tion, et il se place entre les élé­ments coor­don­nés, ce qui fait qu’on le range sou­vent par­mi les conjonc­tions de coor­di­na­tion » (Gre­visse, 1005, g2). 

En début de phrase, il est rare­ment sui­vi d’une vir­gule, mais ce n’est pas inter­dit. En tant que « char­nière tem­po­relle », sur le modèle d’ensuite, il y a droit3

« […] puis peut por­ter un accent tonique, être sui­vi d’une pause dans l’o­ral et d’une vir­gule dans l’é­crit […] » (Gre­visse, loc. cit.).

On en trouve des exemples dans la lit­té­ra­ture. En voi­ci trois, tirés du Grand Robert :

Puis, il repar­tit, avec une furie nou­velle, jetant un chiffre de la main à chaque enché­ris­seur, sur­pre­nant les moindres signes, les doigts levés, les haus­se­ments de sour­cils, les avan­ce­ments de lèvres, les cli­gne­ments d’yeux […] 
— ZOLA, Le Ventre de Paris, t. I, p. 154-155.

[…] Mora­va­gine se signa lon­gue­ment devant les icônes. Puis, il s’empara d’une assiet­tée de zakous­kis et but une grande tasse d’al­cool, retour­na devant les icônes, com­man­da un borchtch4, vint s’as­seoir à ma table, allu­ma sa courte pipe en jurant, croi­sa ses jambes et enta­ma un long mono­logue à haute voix. 
— B. CENDRARS, Mora­va­gine, in Œuvres com­plètes, t. IV, p. 165.

Quand il connut la nou­velle, le capi­taine Ray­mond Dronne, du régi­ment de marche du Tchad, don­na cal­me­ment ses ordres de départ à ses hommes. Puis, il décro­cha le rétro­vi­seur de son com­mand-car et l’at­ta­cha à une branche de pom­mier. Et il entre­prit de tailler sa flo­ris­sante barbe rousse. 
— D. LAPIERRE et L. COLLINS, Paris brûle-t-il ?, p. 250.

En com­plé­ment, ajou­tons que, au sens tem­po­rel, « puis est employé dans la meilleure langue avec et » (Gre­visse, loc. cit.) :

Le loup le quitte alors et puis il nous regarde (Vigny, Dest., Mort du loup). […] 

C’est encore plus joli quand elles retombent. Et puis aus­si­tôt elles se fondent (A. Bre­ton, Nad­ja, p. 99)5.

Au sens de « d’ailleurs, au reste, en outre », et puis est sou­vent sui­vi d’une vir­gule : 

— Pour­quoi aurait-elle fait l’a­mour si vite, quelques minutes après vous avoir ren­con­tré ?
— Je vous l’ai dit, à nos âges, ça se fait. Et puis, elle avait bu et fumé, ça dés­in­hibe, c’est cer­tain.
— Karine TUIL, Les Choses humaines, p. 2646.

Cet article m’a été ins­pi­ré par une consœur qui trou­vait cette vir­gule « très bizarre », alors qu’une autre, à la lec­ture de l’article, a com­men­té : « Puis sans vir­gule me semble… tout nu ! » Une nou­velle preuve que, selon nos lec­tures, nous avons une image dif­fé­rente de la langue française. 


  1. Plus rare­ment adverbe de lieu : Der­rière lui était assis un tel, puis un tel. — Wik­tion­naire. ↩︎
  2. Le Bon Usage, De Boeck-Ducu­lot, 14e éd., 2008. ↩︎
  3. Voir La vir­gule et les char­nières, Vitrine lin­guis­tique. Der­nière mise à jour en 2014. Consul­té le 10 jan­vier 2024. ↩︎
  4. Variante gra­phique de bortsch. ↩︎
  5. Exemples don­nés par Gre­visse. ↩︎
  6. Exemple tiré du Grand Robert. ↩︎

Conte de Noël : Victor, the printer’s devil

À l’oc­ca­sion des fêtes de Noël, j’ai choi­si de publier une belle his­toire de fra­ter­ni­té humaine, liée au monde de l’im­pri­me­rie, publiée à Paris au milieu du xixe siècle. Un prin­ter’s devil est un appren­ti com­po­si­teur, employé très jeune pour les tra­vaux les plus salis­sants de l’a­te­lier. Sou­vent mal­trai­té par les ouvriers comme par les maîtres, il doit apprendre à se défendre, tant phy­si­que­ment que ver­ba­le­ment, et devient « un vrai diable, tapa­geur, tour­men­teur, rai­son­neur, flâ­neur, batailleur » (dixit l’in­tro­duc­tion du texte). Mais Vic­tor va mon­trer aus­si sa géné­ro­si­té. (J’ai res­pec­té l’or­tho­graphe et la ponc­tua­tion d’o­ri­gine, ne cor­ri­geant que les rares coquilles.) 

Une des gra­vures illus­trant le texte The Prin­ter Devil. Une vision bien trop propre, étant don­né les tra­vaux qu’on réserve à l’apprenti.

Vic­tor Dutuy, grand et gros gar­çon de qua­torze ans, appren­ti com­po­si­teur depuis deux ans chez M. Fié­ville, impri­meur à Rouen, n’était pas moins franc gamin que tous ses hono­rables col­lègues de la même par­tie. Je ne vous dirai pas non plus que sa toi­lette était plus soi­gnée, ses manières plus choi­sies, sa conver­sa­tion plus recher­chée que celle de tous ses cama­rades. C’était un vrai prin­ter devil1 dans toute l’acception du mot ; cepen­dant, sous cette rude et assez gros­sière écorce, bat­tait un cœur sen­sible. Vic­tor s’enthousiasmait à la lec­ture d’un beau trait2 ; un acte de géné­ro­si­té le trans­por­tait ; tout ce qui était noble et beau trou­vait faci­le­ment le che­min de son [â]me. Ne vous figu­rez pas pour­tant que Vic­tor épan­chât ses émo­tions en phrases plus ou moins sen­ti­men­tales ; le gar­çon était fort peu excla­ma­tif et phra­seur encore moins. C’est beau ça ! s’écriait-il, et là s’arrêtait son expan­sion. Ou bien : Voi­là un gaillard qui peut se van­ter d’avoir mon estime… Et c’était tout. Mais pour ne pas par­ler beau­coup, Vic­tor ne pen­sait pas moins. Or, vous sau­rez que les parens3 de Vic­tor, sans être riches, étaient de labo­rieux ouvriers qui vivaient assez bien, et lais­saient à leur fils le pro­duit de son tra­vail, pro­duit bien mince encore, avec la seule recom­man­da­tion d’en faire un bon usage ; ils avaient assez de fois éprou­vé leur enfant, pour lui don­ner, sans dan­ger, cette hono­rable marque de confiance.

L’étrange voisin d’en face

Dans la mai­son qu’habitait la famille de Vic­tor, et dans une chambre, dont les fenêtres don­naient juste en face des croi­sées de celui-ci, vivait un pauvre jeune homme, dont l’existence sin­gu­lière, la tour­nure et les manières étaient de nature à exci­ter une curio­si­té moins prompte à s’allumer que celle de notre gar­çon. Léon, le jeune homme en ques­tion, sor­tait régu­liè­re­ment tous les jours vers neuf heures du matin, et s’absentait jusque vers cinq heures de l’après-midi ; alors, il ren­trait chez lui, et ne sor­tait plus que le len­de­main à la même heure que la veille. D’un aspect sérieux, quoique doux, d’une poli­tesse constante, mais froide, vis-à-vis de tous ses voi­sins, Léon ne s’était lié avec aucun d’eux, ce qui contri­buait davan­tage encore à lui atti­rer leur atten­tion ; car les gens du peuple sont géné­ra­le­ment com­mu­ni­ca­tifs ; ils aiment à se lier entre eux ; ils savent qu’à tout ins­tant, ils peuvent avoir besoin l’un de l’autre, et il est mille cir­cons­tances o[ù] la bonne volon­té d’un voi­sin obli­geant n’est pas à dédai­gner. La conduite de Léon devait donc leur sem­bler étrange, et ils se deman­daient ce que pou­vait être et faire le pâle et sévère jeune homme. Vic­tor n’était pas un des moins empres­sés de sou­le­ver le voile qui cou­vrait la vie du voi­sin mys­té­rieux ; mais, plus naïf et plus har­di que les autres, il ne man­quait pas une occa­sion de s’en rap­pro­cher. S’il le voyait paraître un moment à sa fenêtre : « Bon­jour, M. Léon, vous vous por­tez bien, » lui disait-il aus­si­tôt. Si par hasard, il le ren­con­trait le dimanche, sor­tant ou ren­trant, il ne man­quait pas de phrases toutes faites pour cher­cher à enta­mer la conver­sa­tion : « Il fait bien beau aujourd’hui, M. Léon, est-ce que vous n’irez pas pro­me­ner un peu : vous res­tez tou­jours enfer­mé chez vous, cela doit nuire à votre san­té. » Le jeune homme sou­riait avec bien­veillance aux avances ami­cales de Vic­tor, lui répon­dait en peu de mots, et remon­tait chez lui, ou quit­tait sa croi­sée. Il était évident que ce jeune homme tenait à ne pas se lier avec aucun de ses voisins.

Plus d’une fois, à une heure avan­cée dans la nuit, Vic­tor avait vu la chambre de Léon encore éclai­rée, et, à tra­vers les légers rideaux de mous­se­line, il avait cru l’apercevoir assis à sa table et tra­vaillant. Il n’en fal­lait pas davan­tage pour por­ter au plus haut degré l’intérêt que lui ins­pi­rait déjà le jeune homme stu­dieux et ran­gé ; d’autant plus que rien dans sa per­sonne ne res­pi­rait l’aisance : « C’est un pauvre diable, s’était dit Vic­tor, qui se tue le corps et l’âme à tra­vailler, et qui ne m’a pas l’air du tout bien calé4, fau­dra voir ça un peu… » Mais com­ment arri­ver à la décou­verte de ce qui l’intéressait si fort ; car, mal­gré son édu­ca­tion impar­faite, il sen­tait bien qu’il y aurait eu de la bas­sesse à com­mettre une indis­cré­tion, et qu’il pou­vait, par une impru­dente curio­si­té, se rendre impor­tun à celui qui en était l’objet, et peut-être même lui cau­ser une peine réelle ; il se creu­sait donc inuti­le­ment l’esprit et déses­pé­rait d’arriver à son but ; les cir­cons­tances le ser­virent mieux que ses petits calculs.

“Un de ces jeunes amans de la gloire”

Un jour vint où le jeune homme ne sor­tit pas ; cha­cun s’en éton­na ; puis, un autre jour sui­vit celui-ci, et un troi­sième encore ; depuis trois jours, on n’avait pas vu Léon, et le cœur de ces bonnes gens s’émouvait d’inquiétude pour le pauvre iso­lé. Vic­tor, plus que les autres, en éprou­vait une véri­table peine ; il avait pres­sen­ti que quelque grand mal­heur acca­blait son voi­sin. Le soir du troi­sième jour venu, il réso­lut de mettre un terme à son incer­ti­tude : quand toutes les lumières furent éteintes aux divers étages de la mai­son, il prit sa chan­delle et se diri­gea vers son voi­sin. Il frappe… Point de réponse… Il frappe encore… Même silence… Il regarde… La clé n’est point sur la porte… Quelque chose dit à Vic­tor qu’il ne doit point s’arrêter à la vaine crainte d’affliger le jeune homme ; il pousse for­te­ment la porte, dont la ser­rure, vieille et usée, cède à ses pre­miers efforts… Il s’avance dans l’intérieur de la chambre… Un spec­tacle affreux s’offre à sa vue… Léon est éten­du sans connais­sance sur son mau­vais gra­bat, et, à la pâleur de ses joues, à la froi­deur de tout son corps, il est facile de voir qu’il est depuis long-temps dans ce dan­ge­reux état. Vic­tor sent qu’ici sa bonne volon­té est impuis­sante ; il rentre pré­ci­pi­tam­ment chez lui, et aver­tit son père de ce qu’il vient de faire et de voir. Celui-ci n’hésite pas ; en deux minutes, il est habillé, et bien­tôt un méde­cin, ame­né par lui, vient don­ner des soins au pauvre jeune homme. À la pre­mière ins­pec­tion, il déclare que le malade est tom­bé de fai­blesse et d’inanition.….5 D’inanition ! s’écrie Vic­tor, lorsqu’il n’avait qu’à par­ler pour nous voir tous venir à son secours : ce que c’est que l’orgueil !… Après une heure de soins empres­sés, Léon revient à lui ; mais il divague ; il a le délire… Et des mots, entre­cou­pés et sans suite, se pressent sur ses lèvres. — « La gloire.… Vain songe ! Mou­rir si jeune… Sans avoir rien fait… Repous­sé par tout6… Pas un édi­teur… Une œuvre si com­plète… Le fruit de tant de veilles.… Périr avec moi… Sans avoir vu le jour… Et pour être pla­cée au rang des plus belles,… il ne manque peut-être à mon œuvre, que de pou­voir être appré­ciée du public… » Tels sont les lam­beaux de phrases que pro­nonce le jeune homme. — Vic­tor a tout com­pris. — Léon est un de ces jeunes amans de la gloire, qui la recherchent à tout prix ; c’est un auteur, un poète peut-être, qui meurt de faim parce qu’il n’a pas un nom illustre, et qu’aucun édi­teur ne veut se don­ner la peine de lire son œuvre, ni cou­rir le risque de l’éditer…

Le len­de­main, le malade va mieux ; on peut espé­rer son retour à la san­té ; mais la conva­les­cence sera longue et pénible… Cepen­dant, Vic­tor rentre tou­jours une heure plus tard, et part pour son ate­lier une heure plu­tôt ; la famille remarque avec plai­sir cet accrois­se­ment d’activité et croit que son enfant songe à aug­men­ter ses petits profits.

“Un grand Monsieur noir”

Les jours ont fait place aux semaines, et les semaines aux mois ; Léon ne s’est pas encore levé de son lit : le jour est enfin venu, où il va lui être per­mis de se remettre peu à peu à ses tra­vaux ; ses bons voi­sins sont venus à son secours, et il ne manque de rien… Ils sont tous pré­sens, lorsqu’appuyé sur le bras de madame Duty, il se lève, et se dirige vers son bureau.… Il s’assied, et remue des papiers entas­sés les uns sur les autres ; il cherche avec agi­ta­tion.…. Enfin, lorsqu’il semble avoir acquis la preuve que l’objet dont il s’inquiète est dis­pa­ru ; il penche sa tête sur sa poi­trine, et des pleurs rares et brû­lans coulent le long de ses joues ; on s’empresse autour de lui… On le ques­tionne… Il se lève enfin, et d’une voix forte, quoique pleine de larmes, il s’écrie : J’avais com­po­sé un ouvrage, c’était tout mon espoir ; pen­dant ma mala­die, mon manus­crit est dis­pa­ru ; on me l’a volé sans doute… À ces mots, la porte, entr’ouverte depuis quelques ins­tans, s’ouvre tout-à-coup7 ; c’est Vic­tor : — On ne vous a pas volé votre manus­crit, M. Léon, parce qu’il n’y a pas de voleur par­mi des braves gens comme nous ; mais on vous l’a impri­mé, et le voi­là, ajoute-t-il en lui remet­tant un volume tout fraî­che­ment bro­ché. — Impri­mé ! Mon ouvrage impri­mé ! — Et tiré à 1,500 exem­plaires, M. Léon. — Et quel est l’ange conso­la­teur à qui je dois un tel bien­fait. — N’y a pas d’ange là-dedans, M. Léon, c’est votre ser­vi­teur. — Quoi ! il serait pos­sible ! Oh ! viens, Vic­tor, bon et géné­reux enfant, viens que je t’embrasse comme mon meilleur ami, comme mon frère ! je te dois deux fois la vie ; car je te devrai peut-être la célé­bri­té. — Cela se pour­rait, M. Léon. — Que veux-tu dire ? — C’est qu’il y a un grand Mon­sieur noir, qui vient quel­que­fois à l’imprimerie, et qui dit comme ça que c’est fiè­re­ment beau ce qu’il y a là-dedans. — Et pen­dant que Léon consi­dère son volume, l’ouvre à toutes les pages, semble en contem­pla­tion devant lui, et recueilli dans un bon­heur inex­pri­mable, cha­cun de ques­tion­ner Vic­tor… C’est donc pour ça que tu tra­vailles par jour deux heures de plus depuis deux mois. — Oui, papa ; mais je ne suis pas seul, et quand je leur ai conté la chose, les autres ont vou­lu s’y mettre aus­si, et tous les ouvriers y ont tra­vaillé. — Ah ! vous êtes tous de braves gens ; viens, mon Vic­tor, que je t’embrasse. — Et les impri­meurs ? — Ont tra­vaillé une heure de plus aus­si. — Mais le papier ? — Je gagne 10 sous par jour, je les ai mis ; on a fait, pour ce qui man­quait, une col­lecte dans l’atelier, et voi­là. — C’est donc bien beau ce livre-là. — Je ne sais pas, moi ; mais d’après ce qu’a dit le grand Mon­sieur noir, dont je vous par­lais tout à l’heure, et qui paraît s’y connaître, faut croire que c’est très-beau. — Qu’est-ce que c’est que ce grand Mon­sieur noir que tu nous dis ? — Je ne sais pas non plus ; mais il m’a deman­dé l’adresse de M. Léon, et je la lui ai don­née ; peut-être qu’il vien­dra ; mais on entre ; tenez, c’est jus­te­ment lui… Vous vou­lez par­ler à M. Léon ? Le voi­là, Mon­sieur. — Il ne fal­lut rien moins que ces paroles pour tirer Léon de l’extase où il était plon­gé. — Mon­sieur, j’ai par­cou­ru votre ouvrage à l’imprimerie ; il me paraît aus­si bien pen­sé que bien écrit ; je venais vous pro­po­ser de m’en rendre l’éditeur, pour la pre­mière et la deuxième édi­tion, moyen­nant 6,000 francs. Léon accep­ta avec empres­se­ment… Quand l’éditeur fut sor­ti : Mon jeune pro­tec­teur, dit-il à Vic­tor, com­ment te témoi­gner ma recon­nais­sance ? Je sens bien que je ne puis ni ne dois te par­ler de récom­pense… — Eh ! vous avez bien rai­son, M. Léon, je ne vends pas mes ser­vices à mes amis, je les donne, et si vous vou­lez bien me regar­der comme votre ami, ce sera ma meilleure récom­pense. — Oh ! oui, mon ami, tu le seras, et tou­jours, toi qui m’as ouvert le che­min de la gloire.

Grâce à ce pre­mier ouvrage qui l’a pla­cé au rang qui lui appar­te­nait par­mi les écri­vains, Léon est deve­nu un homme célèbre ; il est riche aujourd’hui ; son ami Vic­tor a ache­té, avec la bourse de Léon, un bre­vet d’imprimeur, et il exerce à son compte.

Il faut voir comme les édi­tions des œuvres de M. Léon, impri­mées chez Vic­tor Dutuy, sont cor­rectes, élé­gantes et soi­gnées. Il n’y en a pas qui puisse lut­ter avec elles pour la beau­té des carac­tères et la net­te­té du tirage. Vic­tor Dutuy y met tant de zèle, de goût et d’exactitude, qu’il est facile de voir qu’il tra­vaille.…. comme pour un ami.….

Que conclure de tout ce qui pré­cède ?… Que, dans toute[s] les classes de la socié­té, ou peut ren­con­trer des indi­vi­dus qui en sont l’honneur, et qui le seraient encore des classes les plus éle­vées ; que jamais la per­sé­vé­rance, le tra­vail et la bonne conduite, ne demeurent sans récom­pense. Voyez plu­tôt : Léon était sage autant que tra­vailleur ; il ins­pi­ra de l’intérêt à tous ses voi­sins, et cet inté­rêt ne fut pas sté­rile puisqu’au jour du besoin tous s’empressèrent autour de lui. Mais la géné­ro­si­té de carac­tère, l’humanité de Vic­tor, por­tèrent aus­si leurs fruits : Léon, d’abord pro­té­gé par lui, devint à son tour son pro­tec­teur, et lui ren­dit en recon­nais­sance ce qu’il en avait reçu en huma­ni­té. Gar­dez-vous pour­tant de croire que tou­jours une bonne action trouve ain­si sa récom­pense. Non : l’on ren­contre beau­coup d’ingrats, qui, loin d’aimer leurs bien­fai­teurs, semblent rou­gir du ser­vice qu’on leur a ren­du, et pour qui la recon­nais­sance est un pesant far­deau. Est-ce une rai­son pour ces­ser d’être bien­fai­sant ? Non certes ; l’homme géné­reux fait le bien pour le plai­sir de le faire, pour le bien­fait lui-même ; il ne compte sur la recon­nais­sance de per­sonne ; sa récom­pense, c’est l’estime des hon­nêtes gens, la satis­fac­tion, dont l’accomplissement d’une bonne action rem­plit tou­jours notre cœur, et enfin la cer­ti­tude, qu’à défaut même de l’estime des hommes et de la gra­ti­tude des obli­gés, Dieu, qui n’oublie jamais, lui tien­dra compte de ses œuvres.

ARTHUR DE FILLIÈRE.

Extrait de : « The Prin­ter Devil. (Le diable de l’im­pri­me­rie.) », dans Les Enfans peints par eux-mêmes, sujets de com­po­si­tion don­nés à ses élèves par Alexandre Saillet, maître de pen­sion. Paris, Deses­serts, édi­teur, pas­sage des Pano­ra­mas, gale­rie Fey­deau, 13, 1841, p. 164-170.


  1. En anglais, la bonne ortho­graphe est prin­ter’s devil. Voir le Wiki­pe­dia anglais. ↩︎
  2. Acte ou parole. Pen­ser à trait de géné­ro­si­té ou trait de génie. ↩︎
  3. Bien que cette ortho­graphe ait été rec­ti­fiée par l’A­ca­dé­mie en 1835, ce texte l’é­crit encore « à l’an­cienne », de même que, plus loin, amans, long-temps, plu­tôt ou très-beau. ↩︎
  4. Bien éta­bli, riche. ↩︎
  5. J’ai lais­sé le nombre de points de sus­pen­sion d’o­ri­gine. ↩︎
  6. Coquille : par­tout. ↩︎
  7. Fau­tif, même à l’é­poque : tout à coup. ↩︎

“Prévoir” suivi de l’indicatif présent, en droit

Êtes-vous fami­lier de cette construc­tion ? Elle est très fré­quente en droit. Pour­tant, les dic­tion­naires usuels ne la réfé­rencent pas.

Seul Anti­dote explique que, « en par­lant d’une loi, d’un règle­ment, d’un contrat », ce verbe signi­fie : « Conte­nir des dis­po­si­tions, des clauses appli­cables. » C’est donc l’équivalent de dis­po­ser.

Les gram­maires sont tout aus­si muettes sur la ques­tion, sauf Hanse et Blam­pain (Dic­tion­naire des dif­fi­cul­tés du fran­çais, 2012), qui écrivent à pro­pos de cette accep­tion don­née à pré­voir :

On va sans doute trop loin lors­qu’on dit : La loi a pré­vu telle sanc­tion au lieu de : a pres­crit telle sanc­tion, mais on dira qu’elle a pré­vu telle sorte de crime.

Trop tard ! Les textes de loi en sont far­cis, et nous sommes obli­gés de les citer tels quels.

Quelques exemples tirés du site Légi­france :

La pro­cé­dure pré­voit que l’auteur du signa­le­ment est infor­mé par écrit de la récep­tion de son signa­le­ment dans un délai de sept jours ouvrés à comp­ter de cette récep­tion1.

[…] la loi ou le règle­ment pré­voit que cette peine ne peut pas être limi­tée à la conduite en dehors de l’activité pro­fes­sion­nelle2.

[…] ledit article 13 pré­voit que loca­taires et occu­pants doivent, le cas échéant, être relo­gés dans un des locaux situés dans les immeubles ayant fait l’objet de tra­vaux […]3

L’article 3 pré­voit que les assu­reurs n’ont plus à cou­vrir obli­ga­toi­re­ment les dom­mages occa­sion­nés à l’étranger par les engins de dépla­ce­ment per­son­nels moto­ri­sés (EDPM) et assi­mi­lés, comme les trot­ti­nettes élec­triques[…]4.

Le pro­jet d’arrêté pré­voit que le trai­te­ment SIRENE pour­suit trois fina­li­tés sur le vec­teur mari­time […]5

Exemples tirés du cor­pus d’Antidote.

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000046357368 ↩︎
  2. https://www.legifrance.gouv.fr/codes/section_lc/LEGITEXT000006070719/LEGISCTA000006149820/ ↩︎
  3. https://www.legifrance.gouv.fr/cons/id/CONSTEXT000017665202 ↩︎
  4. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048519072 ↩︎
  5. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048551281 ↩︎

Articles sur l’histoire du métier de correcteur

Pour les per­sonnes qui seraient inté­res­sées par l’his­toire du métier, je ras­semble ici une sélec­tion thé­ma­tique de mes articles, ain­si que des sources exté­rieures. Je suis le plan de la visio­con­fé­rence que j’ai don­née, en deux par­ties, à l’in­vi­ta­tion de l’Asso­cia­tion des cor­rec­teurs de langue fran­çaise (ACLF), les 7 et 21 novembre 2023.

Ire partie

Histoire et histoire du livre

Articles Wiki­pé­dia : His­toire sociale — Michelle Per­rot — Lucien Febvre — Hen­ri-Jean Mar­tinRoger Char­tier

Présentation de mon blog

Avant l’imprimerie (la plume)

La typographie (le plomb)

Articles Wiki­pé­dia : Impri­me­rie — Typo­gra­phie — Com­po­si­tion — CasseCom­pos­teurGalée — Caté­go­rie : Typographie

Orthographe et dictionnaires

Articles Wiki­pé­dia : Ortho­graphe du fran­çais (his­toire)César-Pierre Riche­letAntoine Fure­tièreDic­tion­naire de l’A­ca­dé­mie fran­çaisePierre-Claude-Vic­tor Boiste

Le bureau des correcteurs

Belles exceptions

La copie et sa correction

Tout change au XIXe siècle

Articles Wiki­pé­dia : Révo­lu­tion indus­trielle — Édi­teur — Pierre-Jules Het­zelPapier (his­toire)His­toire de la presse — Sté­réo­ty­pie — Illu­sions per­dues (Bal­zac) — Le roman­tisme en lit­té­ra­ture — Réa­lisme (lit­té­ra­ture) — Funé­railles de Vic­tor HugoEncre — Machine à écrireMachine à com­po­serRéforme de l’or­tho­graphe fran­çaise de 1835Ponc­tua­tion (his­toire)

IIe partie

Éditeurs et auteurs de dictionnaires

Articles Wiki­pé­dia : Pierre LarousseLe Petit LarousseLouis HachetteÉmile Lit­tréDic­tion­naire de la langue fran­çaise (Lit­tré) — Paul Robert Le Petit RobertLivre de poche 

Syndicalisme 

La fin de la typographie

Articles Wiki­pé­dia : Typo­gra­phie (com­po­si­tion auto­ma­ti­sée et au-delà) — Lino­typeMono­typePho­to­com­po­si­tion — Off­setPubli­ca­tion assis­tée par ordi­na­teurPré­presse

Vincent Auger, un des der­niers typo­graphes français

Manuels et codes typographiques

Poètes-correcteurs

Le correcteur devient un personnage

Les correctrices 

Le métier aujourd’hui

Ce que la PAO a chan­gé au métier de correcteur

Conclusion et débat

Attention aux tests gratuits !

Nombre de cor­rec­teurs et cor­rec­trices se voient pro­po­ser par des clients poten­tiels un test gra­tuit cen­sé vali­der leurs com­pé­tences avant que des mis­sions leur soient confiées. Tes­ter un can­di­dat est admis­sible, mais pas lui envoyer vingt pages ! 

La pra­tique est dou­teuse et déjà ancienne. 

Pour les années 1990, Pierre Lagrue et Sil­vio Mat­teuc­ci1 racon­taient déjà :

Recru­ter un pigiste au sta­tut pré­caire ne néces­si­tait pas une mul­ti­pli­ca­tion d’entretiens et de tests de per­son­na­li­té : on lui fai­sait cor­ri­ger un texte pour véri­fier ses com­pé­tences. Cer­taines mai­sons d’édition vont se ser­vir de ce prin­cipe pour éco­no­mi­ser hon­teu­se­ment un salaire. La manœuvre est simple : plu­sieurs can­di­dats reçoivent cha­cun un frag­ment d’un livre com­plet à cor­ri­ger ; une fois le tra­vail ren­du, il ne reste plus au res­pon­sable d’édition qu’à col­la­tion­ner les épreuves et signer le bon à tirer ; il indique alors à tous les pos­tu­lants que leur com­pé­tence est insuf­fi­sante. Dans la réa­li­té, le gros bou­quin est cor­ri­gé à la per­fec­tion par cette asso­cia­tion d’yeux aigui­sés. Le tour de passe-passe est joué !

L’an der­nier, encore, le syn­di­cat CGT Cor­rec­teurs écrivait : 

[…] des cor­rec­teurs et cor­rec­trices nous alertent sur les mau­vaises pra­tiques de cer­taines mai­sons d’édition qui, dans le cadre d’un pro­ces­sus de recru­te­ment, exigent des can­di­dats qu’ils cor­rigent, en guise de test, plus de 100 000 signes de texte, en pré­pa­ra­tion de copie. Ce qui repré­sente plus de douze heures de tra­vail ! Le tout, non rémunéré.

Atten­tion, donc, aux édi­teurs qui abusent de la microen­tre­prise, « ce fameux régime où les cor­rec­teurs sont pris pour des bananes » (comme l’ont résu­mé nos confrères du Monde.fr, en 2015).


  1. Dans La Cor­po­ra­tion des cor­rec­teurs et le Livre (un abé­cé­daire inat­ten­du), L’Harmattan, 2017, p. 223. ↩︎