Articles

L’amour en majuscule, l’histoire en majuscule…

L’amour en majus­cule (Amour), au sin­gu­lier, ne doit pas être confon­du avec l’amour en majus­cules (AMOUR), au pluriel. 

On met la pre­mière lettre du mot amour en majus­cule, c’est-à-dire en carac­tère majus­cule (en typo­gra­phie) ou en écri­ture majus­cule (quand on écrit à la main). En lan­gage cou­rant, on le dit aus­si d’un mot entier, au sin­gu­lier ou au plu­riel, comme on dit en ita­lique1, même s’il fau­drait dire en (lettres) capi­tales2. (Le terme écri­ture capi­tale existe aus­si, mais est employé plus rare­ment3.) 

L’amour en majus­cule (par­fois écrit l’A­mour en majus­cule) est une expres­sion que l’on ren­contre occa­sion­nel­le­ment. Même Syl­vie Var­tan l’a chanté : 

Pour moi tu es l’a­mour au mas­cu­lin sin­gu­lier 
L’a­mour en majus­cule, au futur, au pas­sé4 

C’est l’é­qui­valent de l’a­mour avec un grand A

Une thèse consa­crée au roman­cier Paul Féval parle du « sceau de l’a­mour en majus­cule qui carac­té­rise ses romans5 ». Un article sur l’a­mour de Dante pour Béa­trice affirme : « Il s’agit de l’Amour en majus­cule, celui qui pousse à la vie6. » Une cri­tique de film relate que « Lub­na Aza­bal […] joue une femme “forte”, un roc qui s’effrite à cause de sa mala­die, mais qui résiste, por­té par un amour en majus­cule7. » 

“L’histoire avec sa grande hache”

On parle aus­si, plus fré­quem­ment, de l’h/Histoire en majus­cule (« l’his­toire avec sa grande hache », comme l’a écrit Georges Per­ec8).

Il n’y a pas que l’His­toire en majus­cule qui se répète, cela arrive aus­si dans l’his­toire des familles. Dans les deux cas, la répé­ti­tion se pimente de nuances, de menues modi­fi­ca­tions, ain­si tem­père-t-elle l’ef­fet de rabâ­chage. ― Syl­vie Ger­main9.

NB — Majus­cule est aus­si employé au figu­ré comme adjec­tif, au sens de « grand, impor­tant, consi­dé­rable, majeur » : Une colère majus­cule10. Un enjeu majus­cule11.


  1. « Nature et fonc­tion de l’i­ta­lique », Vitrine lin­guis­tique (OQLF). S.d. Consul­té le 5 juin 2024. ↩︎
  2. Voir l’ar­ticle « La dif­fé­rence entre capi­tales et majus­cules » de ma consœur Sophie Viguier. S.d. Consul­té le 5 juin 2024. ↩︎
  3. Voir « Écri­ture capi­tale », blog Les Essen­tiels de la BnF. ↩︎
  4. Chan­son « Mas­cu­lin sin­gu­lier », album Ta sor­cière bien-aimée, 1976. ↩︎
  5. Carole Ntsame Mve, L’art du feuille­ton dans les Habits Noirs de Paul Féval. Lit­té­ra­tures. Uni­ver­si­té Charles de Gaulle - Lille III, 2012. Fran­çais. NNT : 2012LIL30057. tel-01124081. ↩︎
  6. María Lucía Homen, « Dante et l’é­cri­ture de Béa­trice : Jouis­sance et lan­gage dans La Divine Comé­die », Ache­ron­ta, n° 10, décembre 1999 [en ligne]. Consul­té le 5 juin 2024. ↩︎
  7. « Le bleu du caf­tan », blog Coque­ci­grues et ima-nu-ages, 31 mars 2023. Consul­té le 5 juin 2024. ↩︎
  8. Dans W ou le sou­ve­nir d’en­fance, 1975. ↩︎
  9. Dans Magnus, frag­ment 15, 2005. ↩︎
  10. Voir le TLF. ↩︎
  11. Voir le Larousse. ↩︎

La Philharmonie de Paris met les points sur les “I”

Logos de la Philharmonie de Paris
Évo­lu­tion du logo de la Phil­har­mo­nie de Paris. Les I ont gagné des points.

Dans sa der­nière évo­lu­tion, le logo de la Phil­har­mo­nie de Paris a mis des points sur les i majus­cules. Bien que cela sur­prenne, ce n’est pas si rare, comme l’expliquait, hier, un article du site Cap’­Com.

Pour­tant, c’est un prin­cipe en typo­gra­phie : les i majus­cules ne portent jamais de point, à la dif­fé­rence des i minus­cules. Pour­quoi ? Le point ne per­met pas de dis­tin­guer deux mots ; il est donc inutile, contrai­re­ment au tré­ma (MAIS/MAÏS).

Alors, pour­quoi le gra­phiste Antoine Lafuente a-t-il com­mis cet « acci­dent volon­taire », bien accueilli ? « De l’avis géné­ral, ces points-là ajou­taient quelque chose d’un peu éton­nant, d’un peu joueur, qui évoque la musique. » 

La cor­rec­trice de l’infolettre de la Phil­har­mo­nie, elle, Sté­pha­nie Hour­cade, fixe la limite à la fan­tai­sie : « Le cor­rec­teur ne peut et ne doit […] pas inter­ve­nir sur les logos eux-mêmes, bien sûr ; mais dans un texte, l’orthotypographie tra­di­tion­nelle s’applique, et les I n’auront pas de point ! » 

Un article intéressant.

Manuscrits disparus de correcteurs d’imprimerie

La recherche his­to­rique mène par­fois à des impasses frus­trantes. Ain­si, en fouillant les archives de la presse, je suis tom­bé sur l’annonce de futurs Mémoires d’un cor­rec­teur, qui n’ont, hélas, jamais paru. C’est dans le Bul­le­tin de la presse (organe pro­fes­sion­nel des publi­cistes) du 25 avril 1897 :

Le hasard nous mit sous les yeux, il y a quelques semaines, un manus­crit déjà volu­mi­neux, quoique inache­vé, des Mémoires d’un cor­rec­teur d’im­pri­me­rie, dont, pour sa tran­quilli­té, l’au­teur a réso­lu de faire de nou­veaux Mémoires d’outre-tombe1. C’est qu’ayant vu beau­coup de grands hommes en robe de chambre et d’au­teurs en désha­billé, il n’a pas pu les trou­ver tous beaux, ni tous hommes de génie, et il a consi­gné, dans ses cahiers, cer­tains sou­ve­nirs plu­tôt désa­gréables pour des gens dont il est bon de se méfier. Autant que la crainte de Dieu, la crainte des puis­sants de la terre est le com­men­ce­ment de la sagesse.

Le jour­nal n’a rete­nu que les pages, datées de 1891, évo­quant le doc­teur Cor­né­lius Herz (1845-1898), savant élec­tri­cien et affai­riste impli­qué dans le scan­dale de Pana­ma. Jean-Yves Mol­lier, his­to­rien de l’é­di­tion, lui a consa­cré un livre2. Herz diri­geait alors la revue La Lumière élec­trique, ins­tal­lée dans de « somp­tueux bureaux » au 31 du bou­le­vard des Ita­liens, à Paris. Dans cet extrait, sur le métier lui-même, le « vieux cor­rec­teur » n’é­crit que ceci :

Cornélius Herz
Cor­né­lius Herz.

[…] j’é­tais char­gé de faire régner un fran­çais à peu près cor­rect (beau­coup de rédac­teurs étant étran­gers), de veiller à ce qu’il ne pas­sât pas d’hé­ré­sie scien­ti­fique ou his­to­rique trop visible et, spé­cia­le­ment, de cou­per les débi­nages ou les traces de cour­ti­sa­ne­ries qui se seraient glis­sées dans la copie. […]
Habi­tuel­le­ment, les pou­voirs d’un cor­rec­teur sont assez bor­nés et la har­diesse qu’il ose se per­mettre est bien timide. Par excep­tion, mon auto­ri­té était presque auto­cra­tique ; le doc­teur, qu’on voyait de moins en moins, mais qui lisait très exac­te­ment son jour­nal après publi­ca­tion, et dont l’in­fluence se fit tou­jours heu­reu­se­ment sen­tir avant son départ pour l’An­gle­terre [où il a dû fuir], le vou­lait aus­si par­fait que pos­sible. Le cor­rec­teur devait être là, comme le dépeint Horace, « l’homme cir­cons­pect qui raye, d’un trait noir, une pro­po­si­tion inexacte, coupe sans mer­ci toute expres­sion déme­su­ré­ment ambi­tieuse et donne du ton aux phrases lan­guis­santes ». Dans ma longue car­rière, c’est la seule admi­nis­tra­tion où j’aie trou­vé la consi­dé­ra­tion et les égards dont jouis­saient nos pré­dé­ces­seurs des der­niers siècles.

« La crainte des puis­sants de la terre » a-t-elle pour­sui­vi l’au­teur post-mor­tem ? En tout cas, le manus­crit ayant appa­rem­ment dis­pa­ru, il fau­dra se conten­ter de cet extrait.

Collection de fautes d’orthographe d’écrivains

Autre piste ne menant nulle part, de trente ans anté­rieure (L’Aube, 20 février 1867), l’annonce de la vente aux enchères d’un étrange manus­crit, lui aus­si pro­duit par un correcteur :

Une vente d’au­to­graphes d’un genre nou­veau et aus­si curieux que piquant doit avoir lieu, dit-on, ce mois-ci à la salle Syl­vestre [Sil­vestre, alors située 28, rue des Bons-Enfants, à Paris3]. C’est une col­lec­tion… de fautes d’or­tho­graphe. Le tout pro­vient, dit un cor­res­pon­dant pari­sien de l’Indé­pen­dance belge, de la suc­ces­sion d’un M. C…, qui exer­ça pen­dant trente années années la pro­fes­sion de cor­rec­teur d’im­pri­me­rie. Chaque fois que, dans le manus­crit d’une nota­bi­li­té lit­té­raire, M. C… ren­con­trait des fan­tai­sies gram­ma­ti­cales, il conser­vait pré­cieu­se­ment la page, la numé­ro­tait, l’é­ti­que­tait et l’a­jou­tait dans ses car­tons à son sin­gu­lier tré­sor.
La nou­velle est-elle vraie ? Peut-être. Ce qu’il y a de cer­tain, c’est qu’elle n’est pas invraisemblable.

Une œuvre collective de correcteurs de presse

Plus près de nous (en 2010), nos confrères du Monde.fr ont, eux aus­si, annon­cé la paru­tion d’un ouvrage qui n’a jamais vu le jour : 

Il sera épais, avec du sépia, des des­sins, des pho­tos, par­fois même des sché­mas, pas très cher (car impri­mé sur du papier recy­clé), c’est une œuvre col­lec­tive, les auteur(e)s (cor­rec­teurs et cor­rec­trices dans les jour­naux et sites de jour­naux pari­siens) y tra­vaillent depuis bien­tôt un lustre…, et voi­là, c’est fait, il y a de l’action, des (signes de) correction(s), des com­pli­ca­tions, des expli­ca­tions, des sou­ve­nirs, des sou­pirs, des cuirs, il s’intitule Plus de casse dans les cass’tins !, coû­te­ra 12 €, est publié aux toutes nou­velles édi­tions Deux-Cap’-Div’, et sera en librai­rie le 3 avril… et si vous ne vou­lez vrai­ment pas l’acheter… fauchez-le !

Si l’article a été publié un 1er avril, l’information sem­blait bien réelle. Dommage.

On pour­ra se conso­ler avec Sou­ve­nirs de la mai­son des mots, paru en 2011 aux édi­tions 13 bis, dont voi­ci le résumé :

Anonyme, "Souvenirs de la maison de mots"

Cet ouvrage est consa­cré à la défense de cer­tains auteurs plu­tôt que d’un cer­tain métier, celui de cor­rec­teur en l’oc­cur­rence, quoique tout soit lié. C’est une pro­me­nade sans autre but que le plai­sir à tra­vers la lit­té­ra­ture mon­diale, au gré du hasard, de Mel­ville à Dos­toïevs­ki, de Dide­rot à Casa­no­va, de Toc­que­ville à Proust, d’Or­well à Céline et à Bern­hard, de Bal­zac à Sten­dhal et à Marx. C’est une dénon­cia­tion des pen­seurs, intel­lec­tuels, lit­té­ra­teurs faus­saires de notre époque. C’est-à-dire de la presque tota­li­té de ce qui est publié en France et ailleurs. 

☞ Lire aus­si Der­lin­din­din ou l’histoire d’un échec.


  1. « Cha­teau­briand sou­hai­tait que ces mémoires [1849-1850] ne soient publiés qu’a­près sa mort, d’où leur titre. » — Wiki­pé­dia. ↩︎
  2. Cor­né­lius Herz : por­trait d’un lob­byiste fran­co-amé­ri­cain à la Belle Époque, Paris, Édi­tions du Félin, coll. « Bio­gra­phie », 2021, 556 p.  ↩︎
  3. Voir « La Salle Sil­vestre (1797-1939) », blog His­toire de la biblio­phi­lie, 30 avril 2022. Consul­té le 24 avril 2024. ↩︎

Comment améliorer son écriture

On me demande par­fois des conseils pour amé­lio­rer son écri­ture. Je ne suis pas écri­vain, alors je ne vous dirai pas com­ment com­po­ser un roman. Mais, après trente bonnes années de cor­rec­tion, j’ai une cer­taine idée de ce qui rend un texte agréable et facile à lire.

On répète sou­vent qu’on apprend à écrire en lisant. Cela four­nit des modèles, en effet, à condi­tion de bien les choi­sir — la qua­li­té prime la quan­ti­té. Et sur­tout d’y prendre du plai­sir. Quand on aime lire, on ne compte pas ses pages ni le nombre de livres lus par an. On lit.

Mais regar­der des matchs de ten­nis ne fabrique pas des joueurs émé­rites. De même que le manche d’une raquette, il faut un jour empoi­gner un sty­lo (ou se mettre au cla­vier). C’est évi­dem­ment la pra­tique quo­ti­dienne qui est le plus pro­fi­table. Depuis cinq ans, j’écris chaque jour, à la fois sur mon blog et sur les réseaux sociaux — mine de rien, cela repré­sente beau­coup de texte. Et j’estime avoir beau­coup pro­gres­sé, à la fois en aisance rédac­tion­nelle et en cor­rec­tion.

Ne pas attendre, non plus, d’être tou­ché par la grâce. « L’inspiration, c’est une inven­tion des gens qui n’ont jamais rien créé » (Jean Anouilh). On ne le sait pas avant de s’y mettre, mais plus on écrit, plus les idées viennent (et il vaut mieux les noter !). On prend l’habitude de les expri­mer, de les mettre en forme, cela devient un joyeux réflexe.

Enfin, on peut aus­si gagner du temps en étu­diant les outils de l’écrivain. On les appelle les « tech­niques du style ». Je recom­mande le livre de Jean Kokel­berg (voir la fiche de l’é­di­teur). Il existe bien d’autres ouvrages de ce genre, mais, de ceux que j’ai lus, c’est celui qui m’a le plus apporté.

☞ Voir aus­si Com­ment enri­chir son voca­bu­laire et Com­ment trou­ver le mot juste.

"Les techniques du style" de Jean Kokelberg

Signes supérieurs et signes en exposant

Y a-t-il une dif­fé­rence de nature entre, d’une part, les carac­tères supé­rieurs employés dans les abré­via­tions (comme Mlle) et dans les appels de note (1) et, d’autre part, les lettres ou chiffres mis en expo­sant (ou en indice) dans les mesures (km2) ou les for­mules mathé­ma­tiques (x2) ?

Tout le monde ne se lève pas le matin avec cette ques­tion en tête, mais elle appa­raît dans quelques rares forums, aujourd’hui datés d’une ving­taine d’an­nées1

Des termes à distinguer

Jean-Pierre Lacroux (1947-2002) dis­tin­guait fer­me­ment les termes expo­sant et supé­rieur :

Les édi­teurs et les tra­duc­teurs de logi­ciels feignent de l’ignorer mais les typo­graphes fran­çais ont un voca­bu­laire res­pec­table. Ils ne connaissent ni expo­sant ni indice, mais des lettres, des chiffres, des signes supé­rieurs ou infé­rieurs. Les expo­sants des mathé­ma­ti­ciens se com­posent en carac­tères supé­rieurs, les indices en carac­tères infé­rieurs2.

Cepen­dant, le terme en expo­sant est cou­ram­ment employé pour dési­gner le pla­ce­ment d’un signe « en haut et à droite du signe (lettre, chiffre) auquel [il] se rap­porte3 ». Et ce n’est pas d’hier. Pour ne don­ner qu’un exemple, dans sa Gram­maire typo­gra­phique (4e éd., 1989), Aurel Ramat (1926-2017) emploie bien le terme de « lettres supé­rieures », mais le signe de cor­rec­tion cor­res­pon­dant, il l’ap­pelle « exposant ». 

signe "exposant" dans la "Grammaire typographique" (1989) d'Aurel Ramat
Signe de cor­rec­tion « expo­sant » dans la Gram­maire typo­gra­phique d’Au­rel Ramat, 3e éd., 1989, p. 26.

Formes et emplois différents

La dis­tinc­tion à opé­rer est clai­re­ment expri­mée par le Guide du typo­graphe (20154) :

Les expo­sants, ou les indices, sont des chiffres ou des lettres sur­éle­vés, res­pec­ti­ve­ment abais­sés, par rap­port à la ligne de base, uti­li­sés en mathé­ma­tiques, où ils peuvent être du même corps que le texte de base, ou en chi­mie où ils sont géné­ra­le­ment d’un corps plus petit.

En com­pa­rai­son, les lettres et chiffres supérieurs : 

sont uti­li­sés dans le texte comme appel[s] de notes ou comme ordi­naux. Ils […] dif­fé­rent [des expo­sants et indices] par un des­sin spé­ci­fique et ce ne sont pas que des lettres réduites. Toutes les fontes n’en sont pas pour­vues et par­fois il faut se résoudre à uti­li­ser les expo­sants ou les indices à leur place, voire les lettres de base en les paran­gon­nant (c’est-à-dire en les éle­vant ou en les abais­sant par rap­port à la ligne de base), en dimi­nuant leur corps et en aug­men­tant leur graisse pour qu’ils ne paraissent pas trop malingres à ces petites tailles.

Ce pro­blème exis­tait déjà à l’é­poque du plomb. Émile Desormes (1850-19..) défi­nit les lettres ou chiffres supé­rieurs comme « les expo­sants algé­briques dont on use géné­ra­le­ment pour les appels de notes […]5 ». On com­po­sait avec les moyens du bord.

Un peu d’histoire

Les lettres supé­rieures étaient « fon­dues sur le corps du carac­tère employé » (Dau­pe­ley-Gou­ver­neur, 18806) et pré­sentes dans la casse pari­sienne (en nombre limité). 

Patrick Bideault et Jacques André expliquent :

[…] On trouve de telles « supé­rieures » dans les casses d’imprimeurs dès le xviie siècle. Par ailleurs, dès le début du xvie siècle, les appels de note sont mar­qués par des signes supé­rieurs comme « * », « a » « † », etc. Vers 1750, Four­nier pro­pose 4 (vraies) supé­rieures (aers) ; la casse pari­sienne, qui a duré en gros de 1850 à 1950, en comp­tait 8, appe­lées rosel­mit 7 ou eil­morst selon l’ordre de ran­ge­ment dans les casses ; en 1934, Bros­sard en énu­mère 16 dif­fé­rents (a c d e f g h i k l m n o r s t) dans une police stan­dard – elles suf­fi­saient pour les abré­via­tions cou­rantes8.

Casse parisienne publiée par Émile Desormes (1895), avec les lettres supérieures en haut à droite
Casse pari­sienne. Dans le rang du haut, à droite, on voit les lettres supé­rieures e i l m o r s t. Émile Desormes, Notions de typo­gra­phie à l’u­sage des écoles pro­fes­sion­nelles, 3e éd., 1895, p. 3.

On note­ra cepen­dant qu’il manque tou­jours le g pour Mgr et le v pour Vve. Or, ces abré­via­tions sont bien com­po­sées avec des lettres finales supé­rieures dans les manuels typo­gra­phiques du xixe siècle. Pui­sait-on celles-ci dans les casses réser­vées aux tra­vaux scien­ti­fiques ? ou les com­man­dait-on spé­cia­le­ment ? Je l’i­gnore. Cela devait sans doute dépendre des ateliers.

Hen­ri Four­nier (1800-1888) explique que les lettres supérieures :

[…] ne servent ordi­nai­re­ment que comme signes d’a­bré­via­tion. Les plus usi­tées sont l’e, l’o, le r et le s ; et, à moins d’une matière spé­ciale, il n’y en a que d’un petit nombre de sortes qui fassent par­tie des fontes. Les autres ne sont en usage que pour les ouvrages scien­ti­fiques, et elles se com­mandent par­ti­cu­liè­re­ment pour des cas sem­blables9.

Les chiffres supé­rieurs, eux, n’existaient pas dans la casse. Ils « […] ne sont d’habitude fon­dus que sur com­mande spé­ciale, de même que les chiffres infé­rieurs, usi­tés dans cer­tains tra­vaux algé­briques » (Dau­pe­ley-Gou­ver­neur, op. cit.). C’est pour­quoi on était obli­gé de « bri­co­ler » au plomb comme aujourd’­hui sur ordinateur.

Quelle taille ? quelle position ? 

La taille des signes supé­rieurs ou en expo­sant n’est jamais pré­ci­sée dans les sources, anciennes ou modernes, que j’ai consul­tées. « Petit œil », « moindre corps », « carac­tères plus petits » sont les seules indi­ca­tions don­nées. Cepen­dant, James Feli­ci (200310) décrit les carac­tères supé­rieurs « spé­cia­le­ment des­si­nés » comme ayant une taille « de 30 à 50 % infé­rieure à celle des carac­tères “nor­maux” ».

Quant à la posi­tion ver­ti­cale res­pec­tive des uns et des autres, c’est encore Feli­ci qui en informe le plus clai­re­ment : idéa­le­ment, les signes supé­rieurs devraient être ali­gnés par rap­port au haut des jam­bages supé­rieurs11, alors que les expo­sants devraient être cen­trés par rap­port à lui.

Position idéale d'un chiffre supérieur et d'un exposant, selon Felici (2003). Exemple réalisé avec la police Minion Pro dans InDesign.
Posi­tion idéale d’un chiffre supé­rieur et d’un expo­sant, selon Feli­ci (2003). Exemple réa­li­sé avec InDe­si­gn et la police Minion Pro.

Divergences esthétiques

Les vrais carac­tères supé­rieurs ne sont dis­po­nibles que dans les polices Open­Type. Pour cer­tains, comme la typo­graphe et gra­phiste Muriel Paris, « la tri­che­rie pro­po­sée par les appli­ca­tions est tout à fait accep­table12 ». Pour d’autres, comme Feli­ci, l’œil de ces lettres obte­nues par réduc­tion homo­thé­tique n’est pas assez gras (sur la notion d’œil, voir mon article). 

C’é­tait notam­ment l’a­vis de Lacroux (op. cit.) : 

Il vaut mieux employer les « vraies » lettres supé­rieures, dont le des­sin devrait — en prin­cipe… — offrir des cor­rec­tions optiques […], mais rares sont ceux qui perdent leur temps à aller pêcher de vraies lettres supé­rieures dans les polices « expert ». Dans quelques années, quand les polices auront enfin acquis une saine cor­pu­lence et les logi­ciels de bons réflexes, la situa­tion s’améliorera…

Contraintes techniques actuelles

Com­pa­rons les supé­rieures impri­mées dans le manuel de Daniel Auger (197613), alors pro­fes­seur à l’é­cole Estienne, aux carac­tères en « exposant/supérieur14 » cal­cu­lés par le logi­ciel Adobe InDe­si­gn15 puis aux supé­rieures acces­sibles dans les polices Open­Type (ici, Minion Pro) : 

À gauche, les supérieures traditionnelles (Auger, 1976) ; à droite, les supérieures calculées par InDesign puis les supérieures de la police expert Minion Pro.
À gauche, les supé­rieures tra­di­tion­nelles (Auger, 1976) ; à droite, les supé­rieures cal­cu­lées par InDe­si­gn sui­vies de celles de la police expert Minion Pro.

Si les supé­rieures cal­cu­lées paraissent, en effet, « accep­tables », elles sont « très ténu[e]s » (Feli­ci). Les supé­rieures expert, elles, sont plus proches du modèle traditionnel.

Si l’on ne dis­pose pas de ces der­nières, on peut créer les siennes (ou deman­der au gra­phiste de le faire), avec des lettres d’un corps 30 à 50 % infé­rieur au corps cou­rant, dans une variante semi-grasse, déca­lées à la bonne hau­teur. Pour InDe­si­gn, voir « Créa­tion d’un jeu de glyphes per­son­na­li­sé » dans l’aide en ligne.

Dans un contexte où la pro­duc­tion de docu­ments, sou­vent des­ti­nés à la fois à l’im­pres­sion et à la dif­fu­sion numé­rique, favo­rise la vitesse d’exé­cu­tion, il n’est pas tou­jours aisé au cor­rec­teur d’im­po­ser la dis­tinc­tion entre supé­rieur et expo­sant. Mais, dans l’é­di­tion soi­gnée, il a plus de chances de faire valoir son point de vue. 

Article modi­fié le 3 avril 2024.


  1. Voir notam­ment « Quelle est la dis­tinc­tion fon­da­men­tale entre “expo­sants” et “supé­rieurs” ? », Typo­gra­phie, 5 jan­vier 1999, repro­duit dans Ortho­ty­po­gra­phie, art. « Expo­sant ». — « Lettres supérieures/inférieures = exposants/indices ? », forum­smacg, 20 juin 2006. —  « Nota­tion nombre et expo­sant », fr.lettres.langue.francaise, « il y a 20 ans » (s. d.)., et encore « Expo­sant et lettre supé­rieure », Typo­gra­phie, 10 juin 2012. ↩︎
  2. « Expo­sant », Ortho­ty­po­gra­phie, en ligne. Consul­té le 31 mars 2024. ↩︎
  3. Dic­tion­naire ency­clo­pé­dique du livre, III, Pas­cal Fou­ché, Daniel Péchoin et Phi­lippe Schu­wer (dir.), Paris : éd. du Cercle de la librai­rie, 2011, p. 785. ↩︎
  4. Groupe de Lau­sanne de l’As­so­cia­tion suisse des typo­graphes (AST), 7e éd., p. 238. ↩︎
  5. Notions de typo­gra­phie à l’u­sage des écoles pro­fes­sion­nelles, 3e éd., Paris : École pro­fes­sion­nelle Guten­berg, 1895, p. 3. ↩︎
  6. Le Com­po­si­teur et le Cor­rec­teur typo­graphes, Paris : Rou­vier et Logeat, p. 33. ↩︎
  7. « Cette énu­mé­ra­tion lue comme un acro­nyme (les rosel­mit) est deve­nue un syno­nyme, aujourd’hui vieilli, de lettres supé­rieures. » — Dic­tion­naire ency­clo­pé­dique du livre, op. cit. ↩︎
  8. « La fonte de ce numé­ro : Infi­ni. Ana­lyse des pro­prié­tés d’une fonte Open­Type », La Lettre GUTen­berg, no 45, mai 2022, p. 65. ↩︎
  9. Trai­té de la typo­gra­phie, 3e éd. corr. et augm., Tours : A. Mame et fils, 1870, p. 62-63. ↩︎
  10. Le Manuel com­plet de typo­gra­phie, Peach­pit Press, p. 201-202. ↩︎
  11. Dans son exemple, le Guide du typo­graphe place les appels de note au-des­sus de la hau­teur d’x. ↩︎
  12. « Pense-bête typo avant impres­sion ou l’art du “rechercher/remplacer” », site Typo­ma­nie, s. d. Consul­té le 31 mars 2024. ↩︎
  13. Pré­pa­ra­tion de la copie et cor­rec­tion des épreuves, Paris : INIAG, p. 146. ↩︎
  14. Adobe InDe­si­gn confond les deux modes de cal­cul, contrai­re­ment à Quark­Press. Voir la des­crip­tion de la « zone Expo­sant » et celle de la « zone Supé­rieur » dans le Guide Quark­Press en ligne. Consul­té le 31 mars 2024. ↩︎
  15. Depuis vingt ans, c’est le logi­ciel de PAO le plus uti­li­sé. ↩︎

Comment remplacer “dédié à” et “dédié”

serveurs de données dans un centre de données (data center)
Un ser­veur dédié est un ser­veur infor­ma­tique mis à la dis­po­si­tion d’un seul client, ou dis­po­nible pour la réa­li­sa­tion d’un ser­vice ou d’une tâche. Pho­to de Ser­gei Sta­ros­tin, Pexels.

Sous l’in­fluence de l’an­glais dedi­ca­ted, le par­ti­cipe pas­sé dédié à et l’adjectif dédié se sont dif­fu­sés chez nous. Un par­ti­ci­pant à un forum en a réuni quelques exemples dès 2008 :

[…] une entre­prise qui se vante d’avoir des employés dédiés et com­pé­tents, un per­son­nel dédié à la fabri­ca­tion et à l’assemblage de pièces, la créa­tion d’un fonds dédié à des causes huma­ni­taires, des res­sources humaines et finan­cières dédiées à un pro­jet, un salon dédié aux pro­fes­sion­nels de la vente, un forum dédié à la poli­tique, un ins­ti­tut dédié à la recherche médi­cale, un maga­zine dédié aux ado­les­cents, un hôpi­tal dédié à la pra­tique exclu­sive d’un type de chi­rur­gie, une asso­cia­tion dédiée à la pro­tec­tion des ani­maux, un ser­vice de trans­port dédié à une clien­tèle tou­ris­tique, un fes­ti­val dédié à la danse créa­tive, etc. 

Le site La Langue fran­çaise résume bien la situation : 

Appa­ru depuis le début des années 2000, l’usage abu­sif du par­ti­cipe pas­sé « dédié à » et de « dédié » en tant qu’ad­jec­tif s’est pro­gres­si­ve­ment répan­du avec une très forte accé­lé­ra­tion ces der­nières années. On le retrouve fré­quem­ment à la radio, dans la presse écrite, ou sur les sites inter­net des admi­nis­tra­tions, des entre­prises, des asso­cia­tions, etc.

Cela a d’a­bord concer­né l’élec­tro­nique et l’in­for­ma­tique. Voir l’en­trée du Grand Robert :   

Anglic. (élec­tron., inform.). Réser­vé et affec­té à un usage par­ti­cu­lier. « La plu­part des four­nis­seurs, y com­pris les pres­ta­taires sans abon­ne­ment, réservent à leurs abon­nés un espace dédié à leurs propres publi­ca­tions » (le Monde, 17 nov. 1999, p. 3). —  (Sans com­pl.). Un équi­pe­ment dédié, conçu pour un type d’utilisation.

ou celle du Larousse : 

En par­lant d’un sys­tème infor­ma­tique, être confi­né à un ensemble de tâches fixé à l’avance.

La Vitrine lin­guis­tique conclut : 

[…] ce sens est aujourd’hui enre­gis­tré dans les dic­tion­naires et il semble qu’il soit main­te­nant trop tard pour évi­ter l’emprunt dans ce domaine.

Sur son blog, Fora­tor parle de « muta­tion séman­tique ». En effet, rap­pe­lons qu’en fran­çais, dédier, c’est (selon l’Aca­dé­mie) : 

  1. RELIGION. Consa­crer au culte divin. Dédier un autel, une église. Spé­cia­le­ment. Mettre sous l’invocation d’une divi­ni­té, d’un saint. Un temple dédié à Apol­lon. Une cha­pelle dédiée à la Vierge.
  2. Mettre une œuvre sous le patro­nage de quelqu’un par une épître limi­naire ou par une ins­crip­tion. Un ouvrage dédié au roi. Il lui a dédié cette gravure.
  3. Faire hom­mage d’une œuvre à quelqu’un en impri­mant son nom en tête de l’ouvrage. Dédier son livre à un maître, à un ami.
  4. Fig. et litt. Consa­crer. Dédier sa vie à la poé­sie, à la science. Dédier ses efforts au relè­ve­ment de la patrie.

L’adjectif dédié n’existait pas. 

Des solutions

Rem­pla­cer dédié à par consa­cré à et dédié par spé­ci­fique — ce sont géné­ra­le­ment les pre­mières idées qui me viennent — suf­fit rare­ment. Pour les cor­rec­teurs en panne d’inspiration (dont je suis sou­vent), j’ai réuni ici, en vrac, d’autres solu­tions. Je laisse à cha­cun le soin de choi­sir celle qui convient au cas qui l’occupe.

Pour exprimer la spécificité

(entièrement/exclusivement) réser­vé à / des­ti­né à / affec­té à 
dévo­lu à / voué à / spé­cia­li­sé dans / pré­vu pour
ad hoc, spé­cia­le­ment adapté/conçu/constitué/créé pour  
spé­cia­li­sé, exclu­sif
pour, à l’intention de, sur, ayant pour but de
appro­prié, atti­tré, per­son­nel
spé­cia­le­ment char­gé de, spé­cial
réser­vé à un usage par­ti­cu­lier / à cet usage / à cet effet
qui sert / peut ser­vir uniquement/exclusivement à
qui ne sert qu’à / qui ne sert à rien d’autre
à usage unique / mono-usage
dont c’est le travail/l’utilité/l’objet/l’objectif… unique/exclusif
(sommes) allouées pour / attri­buées pour / accor­dées pour 

Pour un service ou une personne

NB — Dédié appli­qué aux per­sonnes est un usage qué­bé­cois (cri­ti­qué aus­si là-bas), encore peu répan­du en France.

dévoué, zélé, conscien­cieux, sérieux
enthou­siaste, convain­cu
char­gé uniquement/exclusivement de / qui ne fait que
qui ne fait / ne s’oc­cupe / n’est char­gé de rien d’autre
dont c’est l’u­nique tâche/responsabilité
à plein temps (qui ne fait rien d’autre)
libre de toute autre attribution/fonction/responsabilité
qui se consacre exclu­si­ve­ment à / s’oc­cupe exclu­si­ve­ment de / qui consacre tout son temps à / axé exclu­si­ve­ment sur
qui sert uni­que­ment à / qui a pour unique mission/tâche/utilité/fonction… de
dont les (grandes) valeurs sont
qui a fait le vœu de / a pro­mis / s’est pro­mis de / s’est enga­gé à / qui se consacre / est voué à
qui s’oc­cupe uni­que­ment de / s’in­té­resse exclu­si­ve­ment à
consacré/affecté (uniquement/exclusivement) à
qui tra­vaille uniquement/exclusivement pour
dont les acti­vi­tés portent (essentiellement/principalement/exclusivement) sur
décidé/résolu/déterminé à 

Enfin, notons que dédié à est par­fois tout sim­ple­ment inutile :
Un espace dédié à l’accueil est un espace d’accueil.
Un espace dédié à l’exposition de toiles de Picas­so est un espace où sont expo­sées des toiles de Picas­so.

Sources : 

« La muta­tion séman­tique du verbe “dédier” », La Gram­maire de Fora­tor, 9 juin 2014. Consul­té le 20 mars 2024.
« Le bon usage de “dédié à” et “dédié” en fran­çais », La Langue fran­çaise. Mis à jour le 8 mars 2023. Consul­té le 20 mars 2024.
« Emploi décon­seillé de l’emprunt dédié », Vitrine lin­guis­tique. Consul­té le 20 mars 2024.
Mes­sage de Denis Nor­mand, 31 août 2008, forum Fran­çais notre belle langue. Consul­té le 20 mars 2024.
Teso­rix. Le saca­ma­lix des tra­duxeurs et des tra­duc­trix (PDF). Sans date. Consul­té le 20 mars 2024.

Word : comment convertir une liste à puces en texte ?

Vous êtes cor­rec­teur, rewri­ter, bio­graphe ou autre. Un client vous a trans­mis un fichier conte­nant des dia­logues mis en forme avec des listes auto­ma­tiques. Hor­reur ! il va fal­loir tout reprendre à la main.

C’est ce que, long­temps, nous avons été nom­breux à penser. 

Mais j’ai trou­vé la solu­tion : il faut copier la liste (ou l’ensemble du texte) puis deman­der un « Col­lage spé­cial » avec l’option « Texte sans mise en forme ». Le résul­tat garde les tirets et les tabu­la­tions. Il ne reste plus qu’à les chercher/remplacer.

Voi­ci les carac­tères spé­ciaux à employer pour rem­pla­cer les tabu­la­tions par des espaces insé­cables : 
– tabu­la­tion = ^t 
– espace insé­cable = ^s

écran Word : remplacement de tabulations par des espaces insécables
Étape du rem­pla­ce­ment des tabu­la­tions par des espaces insécables.

C’est sur cette page que j’ai trou­vé de quoi nous tirer d’embarras.

Atten­tion, si le texte copié conte­nait d’autres enri­chis­se­ments (ita­lique, gras, etc.), il devrait les perdre aus­si. Il fau­dra donc com­pa­rer le texte de départ à celui d’arrivée.

Le champ d’intervention du correcteur est vaste

Aujourd’­hui, nombre de cor­rec­teurs tra­vaillent sur écran.
Pho­to Kiyun Lee. Uti­li­sa­tion gra­tuite sous licence Uns­plash.

Ma par­ti­ci­pa­tion à plu­sieurs groupes de dis­cus­sion entre cor­rec­teurs m’a fait remar­quer qu’un terme y reve­nait fré­quem­ment : « mai­sons d’édition ». Il est même par­fois uni­que­ment ques­tion de relec­ture de romans, voire de romans de genre. Cela s’ex­plique en par­tie par la fémi­ni­sa­tion du métier (voir mon article), par la for­ma­tion lit­té­raire de nombre de cor­rec­trices, filière elle-même majo­ri­tai­re­ment fémi­nine1, et par le fait que le roman est, depuis le xixe siècle, le genre lit­té­raire dominant.

Or, notre champ d’intervention ne s’arrête pas aux fron­tières de la lit­té­ra­ture. D’abord, les mai­sons d’édition publient aus­si de la « non-fic­tion ». Livres de sciences humaines (his­toire, géo­gra­phie, phi­lo­so­phie, psy­cho­lo­gie, socio­lo­gie, science poli­tique) et de sciences exactes, bio­gra­phies, témoi­gnages, récits, beaux livres, ouvrages pra­tiques, etc. 

La presse nous emploie aus­si, certes moins sou­vent qu’avant, mais il reste des « places » à prendre, ne serait-ce qu’en tant qu’indépendant. 

La com­mu­ni­ca­tion a éga­le­ment besoin de nous : on peut col­la­bo­rer avec des agences ou tra­vailler direc­te­ment pour les entre­prises et les organismes. 

Bien sûr, aujourd’hui, les textes relus peuvent être des­ti­nés à l’impression ou à une dif­fu­sion numérique.

Pour ma part, outre les mai­sons d’édition2, j’ai réa­li­sé des mis­sions de cor­rec­tion pour des maga­zines et revues (Beaux Arts, Grande Gale­rie du Louvre, La Lettre du musi­cien, Archéo­pages de l’In­rap…), nombre d’agences de com­mu­ni­ca­tion ou de gra­phisme (presse géné­ra­liste ou spé­cia­li­sée, maga­zines d’entreprise), des asso­cia­tions (comme Sidac­tion), une fédé­ra­tion pro­fes­sion­nelle (celle du bâti­ment), une admi­nis­tra­tion ter­ri­to­riale (le conseil dépar­te­men­tal de Loir-et-Cher) et une entre­prise (Secu­ri­tas).

Les dis­cus­sions avec d’autres consœurs et confrères m’ont révé­lé une acti­vi­té de cor­rec­tion dans le sous-titrage vidéo, les sup­ports de cours, les jeux télé­vi­sés, les jeux vidéo, les jeux de rôle et autres jeux de société.

À l’heure où faire sa place sur le mar­ché est si dif­fi­cile pour les nou­veaux venus, il serait dom­mage de négli­ger ces nom­breuses pistes. 


  1. « À l’u­ni­ver­si­té, elles [les femmes] sont sept sur dix dans les filières Langues, lettres et sciences humaines. » — « La pari­té dans l’enseignement supé­rieur », État de l’En­sei­gne­ment supé­rieur, de la Recherche et de l’In­no­va­tion en France, n° 16, minis­tère de l’En­sei­gne­ment supé­rieur et de la Recherche, chiffres de 2021. ↩︎
  2. Voir le détail dans mon CV sur Lin­ke­dIn. ↩︎

“Participer à” et “participer de”, quelle différence ?

Si vous êtes sen­sible à la gram­maire — je sup­pose que la plu­part de mes lec­teurs le sont —, sans doute avez-vous remar­qué, dans les jour­naux, à la radio ou à la télé­vi­sion, que cer­tains locu­teurs ou auteurs emploient sys­té­ma­ti­que­ment par­ti­ci­per de.

Ils semblent voir cette asso­cia­tion verbe + pré­po­si­tion comme l’é­qui­valent for­mel de par­ti­ci­per à. Or, c’est inexact : si par­ti­ci­per de relève bien de la langue soi­gnée ou lit­té­raire, les deux formes n’ont pas le même sens. L’Aca­dé­mie est formelle :

Le sens du verbe varie­ra […] selon qu’il sera sui­vi de la pré­po­si­tion à ou de la pré­po­si­tion de. Par­ti­ci­per à signi­fie « prendre part à une acti­vi­té don­née », alors que par­ti­ci­per de signi­fie « avoir une simi­li­tude de nature avec, rele­ver de ». On se gar­de­ra bien de confondre ces dif­fé­rents sens.

Voir aus­si l’article de la Vitrine lin­guis­tique.

J’adhère à l’Association des correcteurs de langue française

Je viens d’adhérer à l’Asso­cia­tion des cor­rec­teurs de langue fran­çaise (ACLF) et de par­ti­ci­per à ma pre­mière assem­blée générale. 

logo ACLF

L’ACLF réa­lise, depuis 2008, un excellent tra­vail de pro­mo­tion du métier (en insis­tant sur son exi­gence pro­fes­sion­nelle) et de fédé­ra­tion de ses membres : échange d’informations et de conseils tech­niques, mise en com­mun de sources docu­men­taires, entraide, lutte contre la dégra­da­tion des condi­tions de tra­vail, etc. Elle repré­sente aus­si la pro­fes­sion auprès des employeurs et des ins­tances publiques traditionnelles.

Elle orga­nise éga­le­ment des webi­naires de qua­li­té, qui per­mettent non seule­ment des échanges entre cor­rec­teurs sur cer­tains aspects du métier (nous n’avons pas tous la même expé­rience, selon les sec­teurs où nous exer­çons), mais aus­si des contacts avec d’autres pro­fes­sion­nels : auteurs, tra­duc­teurs, gra­phistes, etc. 

C’est dans ce der­nier cadre que l’ACLF m’a invi­té, l’an der­nier, à don­ner une visio­con­fé­rence en deux par­ties sur l’histoire du métier de cor­rec­teur (voir mon article), sujet sur lequel je mène des recherches depuis quatre ans et qui sont l’objet de mon blog. Une expé­rience nou­velle pour moi et que j’ai beau­coup appré­ciée. C’est à cette occa­sion que j’ai pu mieux appré­cier l’engagement de l’association et que j’ai déci­dé de la rejoindre.

Vous pou­vez suivre l’activité de l’ACLF sur Lin­ke­dIn, sur Face­book ou y adhé­rer à votre tour.